L’OTAN a attaqué la Syrie quelques heures avant que la mission de l’OIAC ne montre que tout était basé sur des accusations bidon

Les raids occidentaux visent à “entraver” l’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), a déclaré dans un communiqué le ministère syrien des Affaires étrangères.

Le gouvernement syrien a dénoncé samedi comme une “violation flagrante” du droit international par l’opération militaire menée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni contre plusieurs cibles en Syrie, en réponse à une attaque chimique présumée imputée aux forces du Président Bachar al-Assad dans la Ghouta orientale.

Selon Damas, ces frappes visent à “entraver” la mission de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui devait entamer samedi son enquête à Douma sur une attaque chimique présumée, relate Sana.

“L’agression (…) a pour principal objectif d’entraver le travail de l’équipe, devancer ses conclusions, et faire pression sur la mission dans une tentative visant à dissimuler les mensonges et les fabrications”, des Occidentaux, indique l’agence. Ces propos ont déja été soutenus par certains députés russes.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené dans la nuit de vendredi à samedi des frappes coordonnées en Syrie en représailles à l’attaque chimique présumée menée le week-end dernier à Douma, dans l’ex-enclave rebelle de la Ghouta orientale.

Le ministère russe de la Défense a indiqué samedi matinqu’aucun des missiles tirés contre la Syrie n’était entré dans les secteurs de Tartous et de Hmeimim, les bases navale et aérienne utilisées par les forces russes et protégées par des systèmes de missiles sol-air.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*