L’UE veut imposer des sanctions à trois dirigeants libyens

libyeL’Union européenne a décidé d’imposer de nouvelles sanctions aux trois personnalités politiques libyennes qui s’opposent au gouvernement d’union nationale soutenu par l’Occident.
Un haut diplomate de l’Union européenne a déclaré à Reuters que l’Union européenne est déterminée à imposer des sanctions à ces trois individus, mais le texte juridique n’en est pas encore prêt.

Les États-Unis, la France, l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont appelé dimanche le nouveau gouvernement libyen (encore basé à Tobrouk) à s’installer rapidement à Tripoli et a menacé les opposants à la réconciliation nationale de sanctions.
Les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE réunis à Bruxelles ont décidé lundi l’adoption de sanctions, demandée par Paris. Ces sanctions, qui pourraient comprendre des gels d’avoirs et des interdictions de voyager dans l’UE, viseraient, outre M. Salah le président du Parlement de Tobrouk, le président du Parlement de Tripoli, Nouri Abou Sahmein, et le chef du gouvernement de Tripoli, Khalifa al-Ghweil.
La Libye est actuellement déchirée entre deux gouvernements qui se disputent le pouvoir. L’un, basé à Tripoli, la capitale, n’est pas reconnu par la communauté internationale. L’autre, basé dans l’est du pays, est le seul reconnu à ce jour, internationalement.
Le pays risque de se trouver avec un troisième gouvernement dirigé par l’homme d’affaires libyen Fayez al-Sarraj qui se trouve au Maroc et dont les ministres pressentis sont éparpillés dans différentes régions et certains hors de Libye.

http: //francophone.sahartv.ir

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*