"Lundi sans presse" en RDC

LUNDI SANS PRESSEL’Union nationale de la presse congolaise (UNPC) a lancé le mot d’ordre “Lundi sans presse” pour protester contre la hausse des tarifs d’internet en République démocratique du Congo.

L’organe national de régulation des télécommunications a demandé le maintien des prix habituels de l’internet. Il nie être à l’origine de la hausse des tarifs.

Le gouvernement a rejeté sa responsabilité dans la hausse des prix.

Certains médias, dont la RTNC, la radio-télévision nationale, n’ont pas suivi le mot d’ordre de l’UNPC.

“La RTNC n’est-elle pas sous l’UNPC ? Pourquoi elle diffuse son journal ?” a twitté Baron Nkoy, un reporter photographe et journaliste de radio basé à Kinshasa.

Certains des plus grands sites d’information du pays sont régulièrement mis à jour ce lundi, ce qui veut dire qu’ils ne répondent pas à l’appel du mot d’ordre lancé par l’UNPC.

Violation de la loi

La radio musicale Top Congo FM, qui émet depuis Kinshasa, assure la diffusion de son programme en musique. Les auditeurs sont cependant privés des bulletins d’information de la radio.

Ce lundi, l’autorité de régulation des postes et télécommunications a donné l’ordre aux opérateurs de revenir aux tarifs antérieurs, à la suite de la grogne de plus en plus croissante des usagers d’internet mobile.

C’est peut-être l’épilogue du bras de fer qui a duré plusieurs semaines entre les médias et le gouvernement.

Le régulateur des télécommunications estime que les opérateurs ont violé la loi en augmentant de manière unilatérale les prix d’internet.

Une inflexion des prix

Depuis plusieurs semaines, les prix d’internet ont pris l’ascenseur, en République démocratique du Congo. Ils ont été multiplié par cinq chez certains opérateurs.

A cause de cette hausse, le gouvernement a été accusé de chercher à freiner l’accès à l’information pour des raisons politiques, ce qu’il a démenti.

Lundi matin, juste après l’annonce de la décision de l’autorité de régulation des télécommunications, une inflexion des prix d’internet a été constatée chez certains opérateurs.

Les usagers d’internet espèrent que les autres opérateurs vont se plier à la décision des autorités.

L’internet mobile est le moyen le plus utilisé pour accéder aux médias.

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*