L'USAGE DES STUPEFIANTS CHEZ LES ADOLESCENTS Un fait qui prend de l'ampleur

En marge de atelier national sur l’amélioration de programmes participatifs de prévention de l’abus des drogues en milieu scolaire nonaladrogueouvert ce mercredi 04 décembre, Cheikhou Touré, expert en qualité a révélé que sur 150 élèves les 72% utilisent des produits stupéfiants.

L’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) avec l’appui de la Commission nationale pour l’UNESCO a initié un atelier de deux jours en vue d’aboutir à des recommandations qui serviront de plan stratégique pour lutter contre l’usage des drogues et autres produits stupéfiants en milieu scolaire.

Cheikhou Touré, expert en qualité de l’éducation, s’est saisi de l’occasion pour revenir sur les statistiques de l’usage des stupéfiants en milieu jeunes. Selon ce dernier une étude a montré que sur un échantillon 150 élèves, les 72% font usage de la drogue.

La cause selon lui, des produits accessibles aux adolescents avec souvent un coût peu consistant. . Il en veut comme exemple, la vente des sachets d’alcool dans les stations d’essence. Le milieu scolaire n’est pas l’unique lieu de déperdition. Le secteur non informel, comme les ateliers de menuiserie et les garages font aussi partis du lot.

C’est étant conscient de la recrudescence de ses actes qui nuit aux jeunes que l’Isesco compte mener un plaidoyer en direction des autorités éducatives pour promouvoir un programme beaucoup plus appuyé sur l’enseignement des méfaits de la drogue à l’école. Un choix dont s’est réjoui Baba Ousseynou Ly, secrétaire général du ministre de l’éducation nationale. A en croire ce dernier, l’usage des produits stupéfiants à l’école est un frein à l’atteinte des objectifs de bénéficier d’une éducation de qualité d’ici 2025.

Tout de même il reconnait qu’il n’existe de matière focalisés uniquement sur effets néfastes de la drogue, mais ils simplement enseignés à travers des discipline comme l’économie familiale, d’ou la nécessité de l’action entreprise par l’Isesco .

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*