LUTTE-BEBE SALOUM-«AN 2000» CE DIMANCHE A IBA MAR DIOP: La puissance à l'épreuve de la technique

saloum an 2000

Reporté à deux reprises, le combat Bébé Saloum (écurie Djimbory)-«An 2000» (Jap) organisé par le promoteur Serigne Modou Niang aura finalement lieu ce dimanche 27 janvier au stade Iba Mar Diop. Le sociétaire de l’écurie Djimbory aura un défi technique à relevant face au champion d’Afrique et tête de file de l’écurie Jap. Ce derby de la banlieue, sera doté du drapeau du Mouvement des Entreprises du Sénégal (Mdes) qui en sera à sa 11ème édition. La précédente édition a été remportée l’année dernière par Guy Gui aux dépens de Bazooka.

«An 2000» de l’écurie Jap et Bébé Saloum de la nouvelle écurie Djimbory vont enfin croiser le fer ce dimanche 27 janvier au stade Iba Mar Diop. Ce sera pour les besoins de la 11ème édition du drapeau Mbagnick Diop président du Mouvement des entreprises du Sénégal (Medes) organisé par le promoteur Serigne Modou Niang.

Reporté à deux reprises pour cause des décès du Khalife Serigne Mansour Sy et du père du parrain mais ensuite de la blessure de Bébé Saloum, le combat sera un test pour les deux adversaires issues de la banlieue.

Il sera surtout un moment crucial pour Bébé Saloum. Ce longiligne et sociétaire n’est véritablement pas encore sorti des «limbes» de l’arène et donner un coup de fouet à sa carrière.

Au cours de la saison écoulée, c’est à peine et d’une manière assez laborieuse qu’il avait réussie à se réhabiliter devant un Khadim Gadiaga en manque de compétition. On se rappelle, qu’il avait ainsi été malmené lors du Claf de la 2010-2011 dans une poule où il était pourtant placé dans le lot des favoris.

Mais, il allait se contenter d’une victoire devant le jeune Modou Anta de Thiés et récolté deux défaites face à Mamady Ndiaye et Moussa Ndoye. Depuis la fin de la saison, il n’avait pas manqué de déclarer sur les plateaux de télévision qu’il était désormais dans cette bonne voie lui permettant de s’affirmer et de faire décoller sa carrière.

Il lui reste de le confirmer pour son rentrée de saison. Sa grande taille, surtout sa puissance et sa jeunesse lui seront certainement très précieuses. Mais, il doit intégrer une forte dose de technicité pour répondre à l’exercice technique qu’il va se confronter. Il lui faut donc puiser impérativement dans le registre technique pour s’imposer et poursuivre son parcours sous de meilleurs auspices.

Toutefois, pour avoir été un ancien pensionnaire de l’équipe nationale olympique, son adversaire «An 2000» est un lutteur complet, redoutable pour tous les espoirs qui se dressent sur son chemin. Les amateurs ont pu déceler l’étendue de son talent du sociétaire de l’écurie de Jap aussi bien en lutte simple qu’en frappe. Au delà de ses prestations chez les Lions de la lutte, avec en prime, une médaille d’Or aux Jeux africains et une médaillé d’Or lors de la première édition du tournoi de la CEDEAO, «An 2000» s’est largement illustré dans la lutte avec frappe avec un palmarès de 10 victoires contre deux défaites. Lors du Claf 2011, «Super Etoile», futur vainqueur de l’épreuve, Malaw Séras (Lansar) et Saloum-Saloum (sacou xam-xam) ont mesuré les capacités de «An 2000». Succéder à Guy Gui, qui s’était emparé de la dernière édition du drapeau, serait pour lui un pas important vers les ténors.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*