LUTTE – Sa Thiès après sa victoire sur Jordan : «Je veux Eumeu Sène pour venger mon frère»

Facile vainqueur de Jordan de Tay Shinger, Sa Thiès est revenu sur les circonstances de son succès, révélant s’être blessé à la jambe et à la main avant de se rendre au stade. Le petit frère de Balla Gaye 2, trouvé hier à Golf Sud à la maison du «Roi des arènes», a soutenu que si son adversaire s’est d’entrée jeté sur lui c’est parce qu’il avait peur d’être roué de coups.

N’avez-vous pas senti une gêne en disputant ce combat avec une blessure à la main et à une jambe ?

Lorsque je faisais mes étirements avant le combat, j’ai ressenti une douleur aiguë à la jambe. Mais j’ai camouflé cette blessure pour éviter que mon adversaire le sache. Il y a un moment où on n’a pas le droit de gâcher le combat. Les blessures ne m’ont pas empêché d’être à l’aise pour dérouler ma stratégie et remporter ce combat.

Pouvez-vous revenir sur les raisons de ces blessures ?

Je me suis blessé à la maison avant de me rendre au stade. Je me suis coupé la jambe et la main par inadvertance…

Vous avez donc failli ne pas disputer ce combat ?

Mon entourage avait voulu que je ne dispute pas ce combat à cause de ces blessures. Mais j’ai refusé, car il n’était pas question de l’annuler. Je vais me rendre tout à l’heure chez notre médecin pour me faire soigner. Pour répondre à votre question, la blessure ne m’a pas gêné lors de ce combat. Même si j’ai senti une douleur en jubilant après ma victoire. J’ai voulu livrer ce duel pour  mettre fin à la série noire que notre écurie a connue face à Tay Shinger. Aucun des grands lutteurs de notre écurie n’a une fois gagné face à l’écurie Tay Shinger. Je pense que je suis le premier à faire mordre la poussière à un lutteur de cette écurie.

Comment expliquez-vous que votre victoire soit expéditive ?

Il faut signaler que c’est Jordan qui m’a rendu la tâche facile. Pris de peur, il a voulu abréger le combat en m’attaquant par les pieds. J’ai flairé le coup, avant de le charger par les épaules pour effectuer une rotation qui l’a déposé à terre comme une feuille morte. Je m’étais préparé à le corriger avant de le battre. J’avais voulu l’inviter sur le ring. Mais lui n’en a pas voulu.

Pourquoi vouloir opter pour la bagarre alors que votre point fort c’est la lutte pure ?

C’était juste pour le provoquer, et étaler en même temps le travail que j’ai abattu en direction de ce combat. Mais mon grand-frère, Balla Gaye 2, m’a demandé de privilégier la lutte pure. C’est à quoi je me suis plié pour remporter ce combat.

Qu’est-ce qui explique l’absence à vos côtés de votre gourou, Thierno Guèye ?

Thierno Guèye est un grand frère. Il n’y a aucun nuage dans nos rapports. Il avait l’intention d’être à mes côtés, mais il était empêché pour des raisons de voyage.

Quels sont les consignes que votre père vous a prodiguées à quelques instants du combat ?

Mon père m’a rappelé que je sors d’une défaite. Et que je devrais m’assurer en saisissant d’abord mon adversaire avant de dérouler une quelconque action. Mais il n’est pas exclu que je fasse ce qui m’arrange en puisant dans mon intelligence technique pour battre mon adversaire.

Cette victoire ne vient-elle pas confirmer vos propos disant que  Jordan ne vous arrive pas à la cheville ?

Ce sont les amateurs d’en juger au sortir de ce combat. Si je suis une certaine logique, je ne devais pas croiser Jordan. C’était un adversaire par défaut pour moi. Si j’avais battu Malick Niang, je ne l’aurais pas croisé. Je ne boxe pas dans la même catégorie que lui. Mais le contexte a fait que j’aie accepté ce combat pour me racheter de ma contre-performance. Ce succès participe à consolider ma place dans l’anti-chambre de la cour des grands.

Que requiert cette technique avec laquelle vous avez battu Jordan qui est pourtant un poids lourd ?

Ce n’est pas facile de battre un poids lourd comme Jordan de cette manière. Il faudra au préalable disposer d’une certaine force pour le faire…

Cela suppose que vous aviez augmenté votre poids pour ce combat ?

Evidemment ! J’ai augmenté mon poids pour disposer de 125 kilos. Mais mon encadrement m’a demandé d’en diminuer 3 kilos pour garder une certaine vivacité. J’avais l’habitude de lutter avec un poids de forme qui varie entre 110 et 120 kilos. L’autre aspect à signaler est que j’ai préparé ce combat avec des lutteurs plus lourds que Jordan. Je veux citer mon grand frère, Balla Gaye 2, Sococim et autres.

Que répondriez-vous si on vous proposait Ness ou Yékini Jr comme prochains adversaires ?

Je suis prêt contre Ness ou Yékini Jr. Si un promoteur vient me consulter pour livrer un combat contre l’un de ces lutteurs, je suis preneur. Et là, je suis même prêt à redescendre dans l’arène avant la fin de la saison. Et je le répète, je suis très content d’avoir mis fin à la série noire que notre écurie a connue face à Tay Shinger.

Justement, est-ce à dire que vous avez en ligne de mire Eumeu Sène pour effacer la défaite de votre frère, Balla Gaye 2 ?

Si l’occasion m’est offerte de disputer un combat contre Eumeu Sène, je la saisirais des deux mains. Je veux Eumeu Sène pour venger Balla Gaye 2. Et personnellement, je ne pense pas que c’est un combat prématuré pour moi. J’ai suffisamment fait mes preuves pour que Eumeu Sène me tende la perche. Mais cette logique d’accorder une revanche à Balla Gaye 2 s’impose toujours. Et là, je prie que Balla sorte vainqueur de son prochain duel avec Bombardier (9 juin).

  • Écrit par  Amadou MBODJI

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*