M. BADIANE MENACE DE PUBLIER LEURS ÉBATS

A l’approche de la fête de la Korité 2018, M. Badiane et F D font connaissance. Le courant passe. Dès le lendemain de leur rencontre, ils ont une relation intime dans une chambre d’hôtel à Ngor. A l’insu de la plaignante, le suspect filme leurs ébats avec son téléphone portable. Au bout de quelques temps, découvrant que sa nouvelle conquête est de mœurs légères, M. Badiane débarque chez elle, y fait un boucan de tonnerre, la roue de coups de poing, l’insulte copieusement et lui montre leurs ébats sur son téléphone portable. En plus de la menacer, si elle persiste dans sa décision de le quitter, de faire d’elle la risée du quartier en balançant dans les réseaux sociaux leurs parties de sport en chambre.
Désemparée, F D s’en ouvre à sa tante qui essaie de dissuader le mis en cause de mettre à exécution sa menace. La démarche de la tutrice aura l’effet contraire de ce qu’elle souhaitait, puisque M. Badiane partagera la vidéo avec l’ancienne copine de F D, devenue son ennemie jurée, une certaine A M. Ensemble, les deux suspects décident de faire de la vie de la victime un enfer. Par ailleurs, il ressort des investigations menées par les hommes du Commissaire Diouf de Yeumbeul que M. Badiane, profitant d’un moment d’inattention de son ex a enregistré le mot de passe facebook et messenger de cette dernière qui s’était connectée avec son téléphone portable. C’est ainsi qu’il a découvert qu’elle avait d’autres copains. Décidé à faire mal et à obliger F D à revenir avec lui, il fait une capture d’écran des messages compromettants et les envoie à l’ex-amie A M. Détail incongru et ignoré par la plaignante : M. Badiane a aussi eu des relations intimes avecA M qui l’a présenté à F D. Il est marié, père de deux enfants et son épouse est en état de grossesse de 7 mois.
La présumée complice qui a pris la tangente serait à Kaolack ou à Ziguinchor. Quant à M. Badiane, il séjourne depuis hier, à la prison de Rebeuss pour diffusion d’images à caractère pornographique, chantage, menace et agressio

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*