Macky abdique : « Marième Faye gouverne »

28fa4395b5799e850959b2f07b683e7cLorsque dans un pays où l’on vote machinalement dans une incivilité patente, débordante, généralisée, les médiocres ne peuvent qu’emprunter les mêmes chemins douteux. On doit s’attendre au pire et aux conséquences d’une telle étourderie. Et pour cause. Alors, sous le magistère bancal de ce nègre de service, fraudeur invétéré, penser un seul instant à un Sénégal émergent, relève d’une illusion monumentale. Macky abdique : « Marième Faye gouverne ».

Les bourdes du ministre de la Culture ne sont nullement un cas isolé, tant s’en faut. Farbga Ngom, le griot de la dernière heure, est étrangement devenu député de Macky Sall, déclarait sèchement qu’il pouvait lui aussi nommer. Il n’y a pas de fumée sans feu.

L’inconvenance des nominations aux orientations ethniques, totalitaires, décriées ouvertement par des sénégalais, patriotes, choqués et libres d’esprit, porte bien la marque de fabrique de « la magicienne noire », Marième Faye, qui fait la pluie et le beau temps.

Et la sarabande des moutons tondus se charge nécessairement de nier l’évidence, à dessein d’arrondir les angles et gravir des échelons indus.

Le miracle du discoureur  minable par qui le scandale arrive, a osé dire tout haut ce que le clan mafieux pense tout bas. Marième Faye, la présidente officieuse du Sénégal, est derrière toutes les nominations biscornues.

Elle a bien avoué que c’est elle qui « gère les dossiers les plus lourds ». On ne peut pas être plus clair, n’est-ce pas ?
La première dame n’a aucun rôle reconnu par la constitution, mais occupe le bureau de karim wade, ancien ministre super d’Etat du Ciel et de la Terre, sis au dixième étage de l’immeuble Tamaro. A quelle fin ?
Que dire, alors de la Fondation bidon” Servir le Sénégal”, passée sous silence, gérée exclusivement par la même famille du président de la république ?

Des scandales infinis parmi tant d’autres au cœur de la république des caïds et des voyous en bande organisée. C’est bien une nébuleuse transparence purement népotique, dont l’escroquerie gigantesque est plus qu’une offense manifeste contre le peuple sénégalais qu’on insulte en permanence !

Attardons-nous un peu sur cette fondation bidon, « Servir le Sénégal », une grosse arnaque. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, elle est exclusivement gérée par la première dame, Marième Faye et son propre frère, Daouda Faye, responsable de la communication et des relations extérieures. Incontestablement, la terminologie laisse apparaître une opacité manifeste, qui en dit long sur cet embrouillamini mystificateur, hautement toxique. Quelles relations extérieures ? Peut-on parler de transparence dans ces conditions ?

Marième Faye crée sa fondation « Servir le Sénégal » pour se servir elle-même et servir politiquement son mari, alors qu’aucune disposition de la constitution ne prévoit nullement une telle posture. Exemplarité ou indécence absolue ? Les pratiques douteuses sont têtues. On utilise les deniers publics à des fins de propagande ou de culte de personnalité. D’où viennent donc ces milliards, sortis des ténèbres qu’elle distribue à tout vent ? Qu’attend donc le procureur pour s’autosaisir sur cette nébuleuse aux ramifications obscures ? Et Mansour Faye et la galaxie « des Sall, Faye, Gassama, Timbo, Doucouré et Cie », aux vertus peu orthodoxes, qui tiraient hier le diable par la queue, mais roulent miraculeusement dans une abondance ostensible, avec de gros bolides, comme par magie au moment où Macky est arrivé au pouvoir ?
Chaque jour qui passe avec son lot de scandales inédits aussi foudroyants les uns après les autres, passent sous silence comme une lettre à la poste, nous renseignent éloquemment un peu plus sur la monarchie de « l’Etat-APR Macky Sall ».

Pendant qu’on jette en pâture des cargaisons de sénégalais, dont la peau est charcutée, de sorte qu’ils ne valent plus rien, puisqu’étant logés dans l’enseigne des malfrats, c’est le paradoxe d’un régime partial, suffisant, suffocant, qui s’évertue librement à placer ouvertement « la dynastie divine des Faye-Sall, Gassama, Timbo et Cie » dans des postes de hautes stratégies, comme si les nominations correspondent à l’aune de la république « apérisée ».

Face à la demande sociale, qui relève d’une urgence absolue, prioritaire, les schémas peu orthodoxes deviennent obligatoirement des réflexes de gouvernance éclopée et aux velléités hégémoniques, totalitaires ethniques, teintées d’un corporatisme mal placé, dont la compétence se résume exclusivement au placement d’amis, courtisans, parents proches, d’alliance, en particulier, des patronymes bien distingués se taillent la meilleure part du lion, et qui ont une proximité consanguine avec le couple présidentiel, puisque la république est un gâteau à partager exclusivement entre le même clan, supposé né sous la bonne étoile. C’est la religion d’état de la rupture sobre, transparente, vertueuse, efficiente, version mackysallienne de la médiocrité dégoulinante.

Les biens mal acquis plus connus sous l’acronyme BMA, aux orientations obscures, servent de décharges nécessaires, lesquelles relayées en boucle par une certaine presse abondante, au pas du politiquement incapable est un exutoire de la percussion médiatico-politique, inflationniste, à défaut de respecter ses engagements.

Y’a-t-il alors, une exceptionnalité divine pour l’honneur d’une seule famille, paresseuse, opportuniste, qui dicte sa propre loi arbitraire, au nom de la tyrannie, et à qui on accorde des largesses élastiques, en leur donnant des postes de haute stature taillés sur mesure, lesquels sont en totale contradiction avec leur posture bidon ?
C’est ça l’éthique, la sobriété, la transparence, l’efficience et l’équité, selon l’entendement du politiquement incapable, d’obédience maçonnique !

Que dire, alors, d’une justice présumée libre, libérée et indépendante du pouvoir politique, qui agit sur commande recommandée d’un exécutif juge et partie, aux velléités hégémoniques, ethniques, totalitaires ?

Le combat continue !
Ahmadou Diop

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*