Macky déshonore le peuple sénégalais et la SDE persiste dans le mensonge

Serigne Fallou DiengLe cercle des soufis regrette le fait que Macky Sall, perde toute sa boussole démocratique et engage tous les rouages de l’Etat dans une chasse-à-courre contre le parti Rewmi. Et ceci, au moment où au Sénégal tout est urgent !

Il est aberrant voire maladroit de pourvoir aux postes de fonction gouvernementale sur la base du simple fait d’accepter de se mettre au diapason, d’une entreprise de liquidation d’un adversaire politique.

Les soufis déplorent également le calvaire qu’on est en train de faire subir à la population dakaroise, par le fait d’un manque criard d’eau depuis des jours. Ce supplice humiliant et infamant sous lequel frétille le dakarois, procède de l’incurie des tenants de la politique hydraulique.

Le cercle s’indigne de la prééminence des lobbies économiques, qui tissent allégrement leur toile sur toute la sphère étatique. On dirait que le palais organise dans une ambiance feutrée, un dialogue inter lobbies, au

grand dam des sénégalais qui trinquent toujours, sous le poids d’un renchérissement économique sans précédent. Madame le premier ministre aura beau dire que, que ce sont des transmissions de crise mondiale qui affectent l’économie sénégalaise. Certes, il y en avait des transmissions qui datent depuis la faillite de la banque « Lehmann Brother » en 2008. Mais on allège les souffrances du peuple, par des actes et non par une communication surfaite, encore moins, par le gavage médiatique.

Le cercle dénonce également les coups de complexe qui caractérisent l’action gouvernementale en matière de l’éducation, comme par exemple : lorsque le ministre français de l’éducation Vincent PEILLON a présenté « la charte de laïcité » qui doit être affichée dans toutes les écoles. Tout de suite, on nous propose la nécessité d’introduire les valeurs de la République. Pourtant, en France, la petite statue de Marianne représente les valeurs républicaines devant les portes d’entrés en classe. Donc chez nous, qu’est qui représenterait nos valeurs socioculturelles ? Parce que les sénégalais verront mal que « les grands chapitres généraux » de

valeurs universelles dogmatiques téléguident l’action gouvernementale, en mettant au banc les normes socioculturelles.

Pour conclure les soufis réaffirment leur fierté de l’attitude dévote et équitable du cheikh sidy AL MOKHTAR qui en se tenant éloigné de l’affaire Dangoté, aurait voulu laisser à la justice son « tempérament social » et sa vocation républicaine, sans entraves ni compromission.

SERIGNE FALLOU DIENG maitre soufi

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*