Macky Sall déclare qu'il a hérité d'une situation socio-économique désastreuse!!!

macky sall pdsLe président de la République a profité de la deuxième Université républicaine à Mbodiéne pour faire un bilan à mi-parcours de son mandat mais également, annoncer les grandes mesures qui vont changer la situation économique du Sénégal. D’abord, Macky Sall a tenu à rappeler qu’il a trouvé les finances de l’Etat dans une «situation catastrophi­que». Pour atténuer la tension socio-éco­nomique, il dit avoir agi sur le monde rural en subventionnant «plus que ce qui a été prévu» et sur le prix de l’électricité pour qu’il ne flambe pas.

Dopé par les salves d’applaudissements des jeunes de son parti, Macky Sall énumère les autres mesures d’austérité comme «la baisse des prix des denrées de première nécessité, la réduction de la taille du gouvernement, la suppression des structures budgétivores, etc.» Tout cela, malgré «une dette colossale qui a augmenté de manière exponentielle entre 2006 et 2012, passant quasiment de 1 200 à 3 100 milliards aujourd’hui avec un service de la dette de plus de 611 milliards par an que nous payons quotidiennement, et qui aurait pourtant pu aller dans le développement économique et social de notre pays». «Certains prophétisaient que, dans deux mois, on ne payera plus les salaires…» Sur un ton frisant l’ironie, il rappelle la déclaration de son prédécesseur et rival dans l’entre-deux tour de la Présidentielle de février-mars mais, sans le nommer. «Certains prophétisaient d’ailleurs que, dans deux mois, on ne payera plus les salaires. Ils savaient déjà ce qu’ils ont laissé derrière eux. Malgré toutes ces difficultés, nous avons fait face avec courage pour assister les victimes des inondations», a dit le chef de l’Etat. Avant d’annoncer la mise en place d’un nouveau programme prioritaire de 66 milliards pour 2012-2013 pour la gestion des inondations. Un programme qui va s’intéresser au volet drainage des eaux pluviales et eaux usées dans les zones noires de la banlieue et, par conséquent, la restructuration de certains quartiers et la construction de logements à habitat social. «Le Peuple ne peut pas continuer à supporter des hausses du prix de l’électricité» Revenant sur l’épineuse question de l’électricité, le Président Sall assure qu’il veillera à ce que la fourniture d’électricité soit constante. «La subvention que nous faisons chaque an­née pourrait servir à un investissement productif qui créerait des em­plois de 80 à 100 milliards par an. Il faut des réponses structurelles qui permettent à la Senelec de produire de l’électricité moins chère (car) le Peuple ne peut pas continuer à supporter des hausses du prix de l’électricité. La solution, c’est d’aller vers des sources alternatives.

Nous les avons identifiées : il y a le charbon, le gaz, le solaire et toutes les énergies nouvelles.» Macky Sall de rassurer que «le bateau Sénégal n’a pas sombré. Il nous fallait redresser la barre afin de prendre le bon cap. Nous y sommes déjà et, dès l’année prochaine, nous allons entrer de plain-pied dans la réalisation des engagements que nous avons pris auprès du Peu­ple sénégalais». A travers son programme consacré à l’agriculture, le Président a rappelé que les «mo­yens colossaux» consentis pour la mo­dernisation du secteur créeront des milliers d’emplois dans le monde rural et freineront l’exode rural.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*