Emission Xew Xewi Rewmi du mardi 17 Janvier 2017 avec Ahmadou Diop: Macky Sall, le Traitre Capitulard : tous debout contre L’Etat de la terreur !

Macky Sall, le   Traitre Capitulard :   tous debout  contre  L’Etat  de  la terreur ! Par Ahmadou Diop.

Face  au  Traitre, Macky Sall, Capitulard,   tous debout   pour le  Démantèlement  de la jungle  de l’Etat  de la terreur institutionnalisée !

Depuis 5 ans, le tout  répressif tout azimut prime sur tout et sans répit, nonobstant nos  éternelles mises en garde  et nos éternels radotages, restent vains !

Quoiqu’il  est temps  que  la  légitime   défense  sévisse à haut débit,  pour  vilipender publiquement  sur le plan national et hors de nos frontières  et conjurer   le mal  absolu  chronique incarné par   le  régime pandémique,  caractériel  qui est  ce foutoir de la démesure,  chevaleresque ,  qui  nous empoisonne dangereusement  la vie, tant  par son caractère   scandaleusement  exceptionnel ,  grossier, répréhensible et  la spécificité de son chef, devenu un d diable défroqué, déshonorable,  que par les crimes économiques, physiques, financières,  dont il est  l’unique comptable devant l’histoire,   et  qui se donne  lamentablement une respectabilité d’apparence derrière les grilles d’un palais  des féticheurs  « avec un Grand F ».

Voilà donc  les conséquences  directes, désastreuses d’élire un traitre  jamais repenti.  en politique, l’erreur   se paye  cash, car   l’étourderie massive, généralisée à  l’échelle des sénégalais ont tous voté irrationnellement   pour  le   déshonneur  d’un nègre service, maître de la tromperie, crée systématiquement l’émergence coloniale.

Qui peut vraiment  sauver l’irrécupérable  soldat teigneux  et contester le socle et  l’existence   du  banditisme ethnocentrique absolutiste   d’une  bande racailles fripouilles- porte-malheur, dénommée le label  ou le verbatim  creux  et verbeux  du  cartel  des malfrats unifiés, disjonctés, tous sont  transmués en vendus , portent   le caractère   blasphématoire  du syndicat  corporatiste indignement velléitaire,   que l’on ne démentir dans le temps et dans l’espace, et   dont  les  agissements   à répétitions  sont éloquemment fournis, n’échappent à personne ?

Pour toutes ces raisons,  nous devons concentrer tous nos efforts  contre lui en tirs groupés et faisons les sans retenue, ni humilité d’aucune sorte, d’autant plus qu’un  tel régime fantoche et  pouilleux, monstrueux,  épouvantable,   pitoyablement condamné, condamnable, capitonné dans lequel le tout répressif sévit depuis le 25 mars 2012.

Donc,  nous devons  absolument  démantèlement  de la jungle  de l’Etat  de la terreur   –  dont le premier d’entre eux,  Macky Sall et ses Auxiliaires-Mercenaires  de service coalisés !

La  justice hérétique   des juges et  des magistrats,  mercenaires,  présumés  automatiquement  des ustensiles, devient un danger  et une épée de Damoclès, met en péril la démocratie et la liberté d’expression  et les libertés fondamentales.

le  câble de la françafrique, voleur  pitre -imposteur, mythomane, flibustier, autoproclamé  donneur de leçons,  menteur professionnel dans l’âme , qui accueille  l’opposant Adama Barrow, doit  s’appliquer  pas  à lui-même  la même déontologie  qu’il prétend donner à son alter ego , le despote yaya jammeh.

Soyons  tous vigilants  et unis pour que les législatives de 2017  puissent  servir de dynamique  et d’impulsion , de sorte que l’assemblée nationale , composée  majoritairement de sentinelles,  puisse  voter une motion de censure  contre le pouvoir  tyrannique. !

Pour cela, les manœuvres dilatoires  de bas étage   du traitre  endurci ne doivent nous aveugler, nous endormir.  L’apostat  tient à se focaliser  sur la question gambienne, tend à se décharger sur ses méthodes fascistes, pour détourner les consciences citoyennes pour faire oublier ses dérives et ses trahisons manifestes, au point qu’il faille héberger Adama Barrow, pour en tirer les dividendes politiques, en arrière-plan.

la parodie d’une justice éternellement coupable,  intégralement  intégriste ethnique, indigne, partiale, partielle, parcellaire, calamiteuse,  qui agit  à double standard,  se laisse  tenir  en laisse  par le pouvoir  de l’ethnocentrisme débridé, obéit au doigt et à l’œil  du premier faussaire, mercenaires Sall,  est-elle encore plus sourde, muette et aveugle,  au point que  l’énormité  représentée par Cheikh  Kanté – plus connu sous le nom du guichet automatique,  bénéficie de la protection indéfectible et philtre magique  du premier délinquant,     s’est  enrichi  miraculeusement , brouille tous les radars de l’état –macky sall  – ou la mascotte de l’émergence des richesses attentatoires, lequel tyran   s’autoproclame le seul procureur réel des voyous alignés   ,  a  lui-même  bien emprunté les mêmes chemins  aléatoires ?

Cheikh KANTE fulmine  à qui veut le croire : « L’argent que je distribue n’est pas celui du Port, mais le mien »

Unissons toutes nos forces contre la tyrannie et l’arbitraire satanique !

Tous,  ensemble, nous pouvons pour changer le rapport de force.  C’est possible.   Nous dévons sévir  maintenant  par  la légitime défense contre la tyrannie et l’arbitraire  d’un affabulateur, mythomane !

Demain, c’est maintenant ! Inutile  de reporter ce qui est bien possible aujourd’hui ! Nous avons été jusqu’ici  bienfaisants  au  point  que nous sommes devenus   la risée planétaire   et les  joutes des jouets du monde  qui nous regardent  avec mépris. Ça suffit maintenant !  Tous les jours que le bon dieu fait avec  ses lots de fadaises,  obscures, d’arrestations injustifiées,  empilées les unes sur les autres,  de la part d’un échevelé endurci, et sa ribambelle de faquins coalisés,  dont la   monstruosité correspond à leur pedigree

Depuis le soir du 25 mars 2012, l’autoritarisme sévit de plus belle sans que rien ne l’arrête pour l’instant. Depuis cette date historique, malheureuse, tout sert nécessairement de déstabilisation système pour interdire tout et n’importe quoi. Sommes-nous donc des moins que rien ou des couards pour se plier aux règles de la tyrannie et de l’arbitraire de la salissure envahissante ? Il est maintenant temps d’organiser la riposte nécessaire, qui doit être obligatoirement proportionnelle à l’impunité à propension. Sommes-nous des moutons au point que  le président de la république concentre par devers et contre tous les pouvoirs ?

Face à la loi de l’arbitraire et de la tyrannie, la légitime défense par la lutte sans merci, s’impose, maintenant, pour balayer définitivement les ailes démesurées de ce nègre fraudeur de service de la françafrique, incorrigible, aujourd’hui, au plus haut sommet de l’état par l’étourderie massive, généralisée à grande échelle, lors du grand cirque électoraliste de la part des sénégalais totalement grugés, sous le parrainage effectif des lobbies locaux convertis en pantins, lesquels  sont en totale osmose avec le syndicat international des oligarchies financières , extérieures, aux odeurs colonialistes, tapies dans l’ombre, ont crée nos éternelles déconvenues. Les causes apparentes ne doivent nullement servir les mauvaises raisons aux amplitudes carambouilleuses.

La riposte du peuple vaillant, déterminé,  toujours vainqueur, triomphera, en dernier  ressort, uni, soudé, mobilisé pour la cause légitime contre les adeptes des manières fortes. Le combat de la liberté a commencé pour finir par la victoire finale et totale sur les renégats unis dans la trahison.

Que valent donc les incartades  et les  cavalcades indignes  affreuses, immorales  d’un clown égaré, invétéré  par l’ivresse d’un pouvoir en  totale décrépie ?

Le personnage atypique, curieux, préfère se servir lui-même et   porter bassement la corde autour de son cou, plutôt  que de servir la patrie. Voilà donc le bilan aussi sombre que la nuit.  Nous qui sommes les sentinelles et qui ont les   voix les plus autorisées de la parole libre, nous continuons à  dénoncer l ce régime de capharnaüm.

Nous combattons pour la juste cause   de notre pays,  pour que notre  patrie le  Sénégal,   soit émergente dans le sens des progrès immenses, soit prospère, libre, souverain et indépendant, retrouve sa dignité, à l’instar des nations  patriotiques    !

Nous devons mettre fin aux cataclysmiques injurieux  d’un négationniste, ethnicise,  qui se plie  à la trajectoire mafieuse   de la françafrique.

Ce que l’on peut noter, depuis le 25 mars 2012, c’est  qu’il  y a  incontestablement   la  trajectoire d’un  état  en totale déliquescence  en faillite, en lambeau, depuis 5 ans.

Il n n’y a pas de grands  pays et de petits  pays.   Aucun pays, soit il,  n’est petit.  Ce n’est parce qu’un pays  en terme de logistiques militaires, qu’il doit tout accepter, tant s’en faut.    Quand on veut, on peut,  Des exemples  foisonnent à travers le monde, notamment en Algérie, le cuba et d’autres nations.

Malheureusement,  il n’y a que des pays dominateurs et  des pays dominés.  C’est une question de volontarisme et d’abnégation d’élites  politiques, courageuses, visionnaires, responsables et  altruistes  à l’endroit. Nous devons absolument  en finir   avec les politiques de la dépendance dynamique  et de la vache à lait.  Aussi, il  nous incombe de sortir  de la politique de la soumission.  A ce  prisme, il  nous faut des hommes de valeurs et des sentinelles de haut niveau.

Le Sénégal est-donc ce géant virtuel  aux pieds d’argile, malgré le tintamarre ?  En vérité, depuis  le triste événement de 1962, qui n’était qu’une ruse de Senghor, l’homme des français,  le régime présidentiel totalitaire  est une devenu régression. Depuis lors, la prétendue assemblée nationale n’est plus jamais la voix authentique du peuple pour le peuple et par le peuple, mais incontestablement la caisse de résonnance  renversante d’enregistrement  inféodée au service du chef de l’exécutif. Elle est totalement  asservie. Pis, elle est devenue une coquille vide.  les députés assujettis- « Doungourous »- s’accroupissent   pour n’être que des sujets dociles, taillables à merci  au service du président de la république, chef de parti.

Celui s  qui s’était proclamé le parangon de la rupture- mon œil-   se focalise sur la crise politique  gambienne,   y trouve une décharge pour se défausser sur ses promesses, notamment la réduction de son mandat présidentiel  qu’il a bel et bien transformé en parodie référendaire.  les élites africaines  larbinisées , alignées de carpette, toutes arrimées à la  françafrique s’arcboutent  bassement avec hystérie  sur l’imbroglio gambien.

Le premier    faussaire sénégalais,  absolutiste, corrompu  dans l’âme jusqu’à l’abysse, tue, arrête  à tout vent,  tout citoyen libre, plombe la démocratie, réduit toute capacité de résistance.  Sur les questions fondamentales, indispensables,  l’homme  de la fourberie démentielle  foule  du pied sciemment la liberté d’expression  et la liberté de la conscience collective.  Ses auxiliaires  de service des pantalonnades  se transforment promptement et automatiquement  tous en ustensiles de cuisine  de la sarabande, s’exécutent    et se chargent  lamentablement des basses œuvres. La bassesse est devenue une norme et un gagne-pain de piètre qualité.  Bref, désormais,  l’inquisition, les brutalités incessantes, quotidiennes et la chasse aux sorcières  à tout vent, sans répit,  demeurent la seule option possible pour endiguer et tuer dans l’œuf  tout contre-pouvoir.

Toutes nos  institutions et corps de contrôle se mettent  au garde-à vous, sous tutelle du pouvoir totalitaire   sont  dressés en coupe réglée. Plus personne n’est à l’abri de rien.

Dans ces conditions, peut-on raisonnablement parler d’un marqueur de la rupture ?  L’homme qui nous dirige d’une main de fer n’est jamais destiné à occuper de hautes fonctions, encore d’être le président de la république.  il ne doit sa posture abusive   que grâce à l’étourderie de son ex mentor, en l’occurrence, Abdoulaye Wade, pour dire la vérité.

Après la traque des biens mal acquis à géométrie variable, place maintenant en continu,  toutes les cueillettes de jour comme nuit par les tontons macoutes serviles, sous n’importe quel  prétexte fallacieux.  la communautariste  internationale  suprémaciste blanche,  qui  s’ingérait   sans retenue  et directement dans les affaires sénégalo sénégalaises, fait profil bas sur le régime de brigandage, comme si elle est aveugle, sourde et muette.

La mécanique de la terreur incarnée par l’Assemblée Nationale, s’accommode piteusement à réduire en charpie tout patriote  et   vote hystériquement  des lois antidémocratiques sur commande  du pouvoir de l’exécutif totalitaire.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*