Macron refuse de fournir à Poutine les détails de l’attaque chimique présumée à Douma

Vladimir Poutine a demandé à Emmanuel Macron de lui communiquer les informations dont il dispose sur l’attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma, mais a reçu une fin de non-recevoir de sa part, a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Emmanuel Macron a refusé de fournir à Vladimir Poutine les informations qu’il détient sur l’attaque chimique présumée à Douma, ville de la banlieue est de Damas, a déclaré le chef de la Diplomatie russe lors de la 26e assemblée du Conseil pour la politique de sécurité et de défense de la Fédération de Russie.

Le Chef de la diplomatie russe a, par ailleurs, fait savoir que Vladimir Poutine avait proposé à son homologue français d’envoyer des experts français à Douma, mais, finalement, aucun représentant de la partie française n’a contacté le ministère russe de la Défense:

«Au cours de la conversation [téléphonique d’hier entre Macron et Poutine, ndlr], notre Président s’est référé aux affirmations publiques du chef de l’Etat français sur l’existence de ces faits et lui a demandé de les lui communiquer parce que si c’était vrai, nous aurions été les premiers à vouloir mettre fin à une activité illégale de recours aux armes chimiques», a expliqué Sergueï Lavrov.

«Leur réponse est identique: nous ne pouvons pas fournir ces données parce que c’est un secret et, en plus, ce n’est pas notre secret», a déclaré Sergueï Lavrov.

Le ministre russe des Affaires étrangères a également fait savoir que, trois jours avant l’attaque, un représentant des États-Unis s’était adressé à la Russie concernant l’envoi d’experts en armes chimiques en Syrie mais qu’il n’avait pas donné suite.

«Il s’agit de savoir comment nos partenaires occidentaux expliquent leurs actions totalement illicites et inacceptables. Et le Président américain, et la Première ministre britannique, et le Président français ont déclaré avoir connaissance de faits irréfutables sur le recours aux armes chimiques à Douma, premièrement, et, deuxièmement, sur ce que ce n’était personne d’autre que Bachar al-Assad qui avait donné l’ordre d’en faire usage», a déclaré Sergueï Lavrov.

Et de conclure:

«”Concernant la ville syrienne de Douma, il y a des faits irréfutables”, nous dit-on pour justifier les frappes effectuées. A part des mentions dans des médias, sur des réseaux sociaux et une vidéo, bien ridicule selon les spécialistes, il n’y a rien d’autre», a conclu Sergueï Lavrov.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d’infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l’année dernière, l’aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l’approche de leurs objectifs, d’après le ministère russe de la Défense.

Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’Onu.

fr.sputniknews.com

In the Spotlight

Miguel Diaz-Canel élu Président de Cuba avec 99,99% des voix

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Les parlementaires cubains ont annoncé jeudi qu’ils avaient élu Miguel Diaz-Canel pour succéder au Président sortant Raul Castro. Avec 603 sur 604 voix, Miguel Diaz-Canel a été élu au poste de Président cubain, ont déclaré ce jeudi [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*