Madiambal Diagne : «La situation de laxisme et de laisser-aller qui prévaut dans les missions diplomatiques du Sénégal à l’étranger va rebuter les candidats au visa touristique»

madiambal diagneLe Pdg du groupe Avenir Communication s’intéresse ce lundi au secteur du tourisme, la deuxième source de devises du Sénégal avec un chiffre d’affaires de plus de 300 milliards de F Cfa. Madiambal Diagne s’insurge contre la désaffection croissante de la destination Sénégal au profit d’autres pays d’Afrique du nord.
D’abord l’objectif « difficilement réalisable » voire « compromis » de Youssou Ndour, le ministre du Tourisme qui souhaite accueillir à l’horizon 2015 plus d’un million cinq cent mille touristes au Sénégal. Pour Madiambal, « les billets d’avion sont énormément chers pour tout touriste voulant de rendre au Sénégal, du fait de fortes taxes appliquées sur les billets d’avion, le coût de la vie et la cherté des hôtels qui ne sont pas pour encourager les touristes à se rendre au Sénégal.
Selon l’agence nationale de la statistique et de la démographie, le nombre de visiteurs et les recettes ont baissé de manière considérable : « le nombre d’entrées à l’aéroport est passé de 491 552 en 2008 à 366 244 en 2009. A cela s’ajoute la décision du gouvernement d’exiger à partir de juillet 2013 le visa d’entrée aux touristes désirant se rendre au Sénégal. « Une décision qui risque de plomber gravement le secteur touristique et compromettre tous les efforts de sa relance », prévient Madiambal Diagne, qui se demande pourquoi Youssou Ndour a laissé faire le ministre des affaires Etrangères, Mankeur Ndiaye.
Dans les colonnes du Quotidien, a-t-il souligné, « les ressources fiscales générées par les représentations diplomatiques du Sénégal à l’étranger, notamment en termes de timbres pour les passeports et autres documents administratifs ne sont pas systématiquement reversés dans les caisses du Trésor public ». Cette tribune a été aussi l’occasion pour le confrère de dénoncer « la situation de laxisme et de laisser-aller qui prévaut dans les missions diplomatiques du Sénégal à l’étranger », ce qui, à son avis, « va rebuter les candidats au visa touristique ». Car « dans la plupart de nos ambassades et consulats à l’étranger, les membres du personnel en poste s’occupent plus de leurs affaires personnelles que des affaires pour lesquelles ils ont bénéficié d’affectation à l’étranger », conclut-il.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*