MAIRIE DE SAINT-LOUIS/APRES 4 JOURS DE SUSPENSE, DE SUSPICION ET DE TIRAILLEMENT Macky impose Mansour Faye

Mansour Faye, le candidat de Bennoo Bokk Yaakaar  (mouvance présidentielle) a finalement «remporté » le scrutin des élections locales dans la commune de Saint-Louis, en obtenant 13 138 voix contre 12 356 pour la coalition « And dékal Ndar ak Sopi »  dirigée par Ahmet Fall Braya, soit un écart de 782 voix.

Après quatre jours de suspense, de suspicion et de tiraillements, le beau-frère de Macky Sall est désigné, par la Commission départementale de recensement des votes, comme le successeur de Cheikh Bamba Dièye à la tête de la mairie de la ville de Ndar quadrillée par un impressionnant dispositif de sécurité, à la veille de la proclamation des résultats. Un scénario qui rappelait étrangement…1996.

Le suspense du scrutin local à Saint-Louis a pris fin hier, mercredi, avec la désignation de Mansour Faye, le candidat de Bennoo Bokk Yaakaar et de la majorité présidentielle comme futur maire de la ville tricentenaire. Après plus de 72h de suspense et d’accusations de fraude où chaque camp a réclamé la victoire,  la Commission départementale de recensement des votes dont les travaux ont tiré en longueur et connu plusieurs suspensions, a rendu son verdict en proclamant le beau-frère de Macky Sall vainqueur du scrutin. 
 
Aliou Sall, Adama Faye, Mansour FayeLe candidat de Bennoo Bokk Yaakaar a obtenu, selon la commission, 13 138 voix contre 12 356 pour la coalition And dékal Ndar ak Sopi dirigée par Ahmet Fall Braya, ex-Pca du Cosec. Ces résultats, proclamés par la Commission départementale de recensement des votes, confèrent à la majorité présidentielle 50 sièges sur les 76 en jeu, contre 11 pour « And dékal Ndar ak Sopi ». Une coalition dont le leader a pourtant largement gagné dans les plus grands centres de vote de la commune (Ecole Rawane Ngom, Ablaye Mbengue Khaly, Cheik Touré…) et a vigoureusement dénoncé, avant même la proclamation des résultats, le « forcing » que tenterait le pouvoir pour lui arracher sa victoire.
 
Et pour cause, un  impressionnant dispositif de sécurité quadrillait la ville de Saint-Louis bien avant la proclamation des résultats de ces locales.  Un fait assez rare dans l’histoire politique de Saint-Louis pour être souligné et qui rappelait un scénario vieux de 18 ans avec les élections locales de 1996. Les forces de l’ordre s’étaient en effet déployées sur les principales artères de Ndar mise sous haute surveillance policière.
Des éléments du Gmi stationnaient devant la permanence du Pds située sur l’Avenue Général de Gaulle alors que le fameux « Dragon » était visible à la descente du pont Faidherbe, comme pour montrer que la force publique était bien décidée à prévenir tout débordement ou …valider « le hold-up » qui se préparerait contre Ahmet Fall Braya, selon certains Saint-Louisiens. Un passage en force que certains candidats malheureux au scrutin municipal de dimanche dernier avaient voulu devancer en « intronisant » à la tête de l’exécutif local Ahmet Fall Braya bien avant même le verdict de la Commission départementale de recensement des votes.
 
Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote dimanche dernier, les candidats Alioune Badara Cissé, l’ex-ministre des Affaires étrangères, et le jeune socialiste Abba Mbaye de la coalition Euleuk Sibir avaient proclamé le candidat libéral vainqueur du scrutin, sur la base des procès-verbaux de vote dont ils disposaient. Des documents dont la Commission départementale n’a pas validé la conclusion dans son verdict, puisque Mansour Faye a été désigné vainqueur du scrutin et successeur du maire sortant Cheikh Bamba Dièye, ave 782 voix de plus que le candidat libéral Ahmet Fall Braya.

Moctar DIENG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*