Maîtrise du français: un test décèle des lacunes chez les enseignants

Un test de connaissances du français effectué en juin dernier par le ministère de l’Éducation nationale sur un échantillon d’enseignants a fait ressortir des lacunes dans cette langue, a révélé le ministre de tutelle, Serigne Mbaye Thiam.enseignant

‘’Lorsque nous avons fait ce test, ce sont 9% des enseignants qui peuvent enseigner le français, 39% qui peuvent enseigner en langue française’’, a-t-il dit signalant que les autres ont un niveau qui mérite d’être renforcé tandis que 7% des enseignants testés sont des utilisateurs novices du français.

S’exprimant à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation a rappelé que le test a été effectué en juin dernier. Il a consisté à faire faire un test de connaissances du français sur un échantillon d’enseignants.

‘’Ce test de connaissances du français a quatre niveaux. Le premier niveau, c’est pour un utilisateur novice, un niveau intermédiaire ensuite, les deux derniers niveaux concernant les utilisateurs’’, a-t-il expliqué.

Serigne Mbaye Thiam a rappelé qu’en 2010 un test similaire, mais en mathématiques, avait révélé que 29% des enseignants du primaire n’étaient pas capables de résoudre des problèmes du niveau CM1.

‘’L’enseignant est le premier intrant de qualité du système éducatif. Le deuxième, c’est le manuel et le matériel didactique (…). La qualité des enseignants du Sénégal peut être améliorée’’, a-t-il indiqué.

Parmi les mécanismes d’amélioration du niveau des enseignants, le ministre de l’Éducation a cité la décision de recruter les enseignants du primaire chez les titulaires du baccalauréat, la formation des élèves-maîtres sur neuf mois et la formation continue pour les enseignants déjà en classe.

‘’En ce qui concerne l’amélioration de la qualité des enseignements et des apprentissages, un volume financier de 173 milliards de francs CFA est positionné sur la période 2014-2017″, a-t-il souligné.

Aps

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*