MALADIES NEGLIGEES – 3ème Campagne de distribution de médicaments de masse prévue en mai : Le Sénégal poursuit l’offensive pour arrêter la transmission

"<pLe constat est que les Maladies tropicales négligées (Mtn) ne font pas l’objet de suffisamment de communication, ni de campagne de sensibilisation encore moins de moyens pour la prévention et la prise en charge, alors qu’elles touchent le milieu rural, les populations les plus pauvres et les couches défavorisées.

C’est l’une des raisons qui poussent la coordination de la lutte contre les Mtn à dérouler des campagnes annuelles de distribution de médicaments de masse qui font partie des stratégies contenues dans le Plan directeur contre les maladies tropicales négligées, mis sur pied depuis 2011.

Les Maladies tropicales négligées (Mtn) sont un groupe d’infections tropicales qui sont particulièrement endémiques dans les populations à faible revenu dans le développement des régions d’Afrique, d’Asie et les Amériques. Différents groupes définissent l’ensemble des maladies différemment.

Ensemble, ils ont un nombre de décès estimés de 500 000 à 1 million chaque année et provoquent un fardeau de la maladie global supérieur à celui du Vih/Sida. Cet aperçu tiré de sources documentaires est en soi, une invite à plus de sensibilisation pour amener les populations à intégrer ces maladies dans leur vécu.

Car, selon la remarque de Dr Alioune Badara Ly, coordonnateur du programme de lutte contre les Mtn à la Direction de la lutte contre la maladie, «les maladies tropicales négligées ne font pas l’objet de communication, ni de campagne de sensibilisation encore moins de moyens pour la prévention et la prise en charge, alors qu’elles touchent le milieu rural, les populations les plus pauvres et les couches défavorisées».

Pour rappel au Sénégal, dix Mtn sont ciblées et pour lesquelles, des campagnes de distribution de médicaments de masse ont été organisées ces dernières années. Mais, pour ce mois de mai, la filariose lymphatique plus connue sous le nom d’éléphantiasis, la bilharziose, le trachome, l’onchocercose ou encore les géo-helminthiases sont dans le viseur des autorités.

L’opération va ainsi consister, selon toujours Dr Ly, «à aller au niveau des populations exposées et de leur administrer une ou plusieurs médicaments en fonction de l’endémicité de la maladie au niveau local pour prévenir la survenue de ces maladies au sein de ces communautés. Les médicaments seront donnés en masse à l’ensemble de la population exposée».

Venu assister à une journée de sensibilisation de journalistes, sur les maladies tropicales négligées, Dr Alioune Badara Ly s’est voulu très persuasif : «C’est une campagne qui est extrêmement importante pour nous, parce que c’est cette stratégie associée à d’autres qui permettra d’arrêter la transmission des Mtn à chimiothérapie préventive de masse.» Avant d’ajouter : «Les moyens dont nous disposons sont très limités, ce qui explique le choix de ces campagnes de masse intégrées pour un rapport coût/efficacité moindre et diminuer de manière importante les coûts opérationnels des interventions liées à ces maladies.»

Aussi faut-il rappeler que ces campagnes annuelles de distribution de médicaments de masse est l’une des stratégies contenues dans le Plan directeur contre les maladies tropicales négligées, mis sur pied depuis 2011. Ainsi après 2012 et 2013, le programme a décidé d’organiser une 3ème campagne en mai, pour poursuivre l’offensive du Sénégal dans la lutte contre les Maladies tropicales négligées (Mtn)  à chimiothérapie préventive de masse. Et comme d’habitude, le ministère de la Santé et de l’Action sociale va compter sur l’appui de l’Agence américaine (Usiad) en plus de plusieurs firmes pharmaceutiques.

A propos des dix maladies tropicales ciblées au Sénégal, cinq parmi elles bénéficient de la stratégie de chimiothérapie de masse et sont : la filariose lymphatique, le trachome, l’onchocercose, les parasitoses intestinales et les bilharzioses intestinales et urinaires. Cinq autres nécessitent un renforcement de la surveillance et sont : la rage, la dingue, la lèpre, la leishmaniose et le ver de Guinée.

  • Écrit par  Aly FALL

alyfall@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*