Mamadou Lamine Diallo : “La conception du pouvoir de Macky est dangereuse”

La conception du pourvoir de Macky Sall est tout simplement dangereuse. C’est ce que regrette Mamadou Lamine Diallo, le Président du mouvement Tekki. “‘‘Macky Sall: je suis  un géologue de formation, je préfère observer puis agir”. Moi, Mamadou Lamine Diallo, je suis un ingénieur des mines de l’Ecole des Mines de Paris, j’observe, j’analyse, je discute et on agit ensemble. Voilà toute la différence avec le régime de l’Apr. Macky dirige seul, enfin il croît. Cette conception du pouvoir de Macky Sall soutenue par les autres membres du Dsk  (Dionne- Sall -Kane) et l’aristocratie  de l’Apr  relève du présidentialisme absolu. C’est dangereux”, a écrit l’économiste dans son dernier “Questekki”, parvenu à Seneweb ce mardi. Et cette conception  du pouvoir, avertit-t-il, “conduit irrémédiablement à la dictature familiale et à la malédiction des matières premières”.

À titre illustratif, Mamadou Lamine Diallo souligne qu’ “il n’y a aucune raison que Macky Sall signe des contrats avec les compagnies minières, pétrolières ou gazières,  tout seul sans consulter le peuple à qui appartiennent les ressources naturelles selon sa propre constitution de 2016”. Et donc, déclare-t-il, au lieu de nous proposer une “révision de la constitution sur le mode d’élection du Président,  ce qui viole la constitution, le peuple voudrait plutôt débattre d’une charte sur la bonne gouvernance des ressources minérales”, estime-t-il.

Sur la question du parrainage, le député s’est attaqué aux arguments donnés par la majorité pour défendre le projet de loi sur le parrainage. Le ministre de la Justice disait que c’est pour “corriger une injustice faite aux indépendants par rapport aux partis politiques “. “BBY parle de coût financier des élections législatives de juillet 2017 avec 47 listes et de la nécessité de rationaliser les partis politiques et d’éliminer les candidatures fantoches. Quel mépris !”, crache-t-il.

“Macky Sall estime que 47 listes pour des élections législatives dont le coût non audité est de 18 milliards, c’est trop. On sait bien qu’il a parrainé des dizaines de listes. Certaines listes l’ont reconnu. Mais du point de vue économique il se trompe. Les dépenses pour les élections constituent un investissement pour renforcer le capital social, je répète le capital social, ce sont les règles que se fixe la société pour créer la confiance et les institutions chargées de les faire respecter. C’est déterminant pour l’activité économique. C’est ce que refuse de comprendre Ismaila  Madior  Fall et l’aristocratie de l’Apr”, regrette l’économiste.

In the Spotlight

UN PROF DE KENNEDY ACCUSÉ DE DÉTOURNEMENT DE MINEURE

by Babacar Diop in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Un professeur de Mathématiques qui exerce depuis neuf ans au Lycée John Fitzgerald Kennedy risque cinq ans de prison. Une peine requise contre lui par le Procureur, hier vendredi, 16 novembre, en flagrants délits du [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*