Mamie Traoré tuée par le fusil de son papa

La mort subite de la jeune fille d’une vingtaine d’années environ trouble la quiétude du village de Hamdalaye dans la commune de Diaroumé et situé au sud du département de Bounkiling.
Survenu le mois dernier le drame provoqué par un fusil de chasse appartenant au papa de la victime, s’est produit au domicile familial en présence de ses sœurs et de sa mère.

Nous sommes le Samedi 28 Juillet. Mamie Traoré qui vient fraichement de Dakar où elle a séjourné pendant quelques temps aux Almadies a perdu la vie d’une manière tragique.
Selon plusieurs témoignages recueillis auprès des proches, la jeune fille dont la main est demandée en mariage attendait la confirmation de ses parents .Suivant la tradition, son prétendant accompagné de son copain ont fait le déplacement à cette fin.

Parée de ses beaux habits Mamie, après avoir préparé un plat spécial pour ses hôtes, s’est installé confortablement sur une chaise à la façade du bâtiment principal de la maison.
« Que penses-tu de ma tenue ? », lance-t-elle d’une aire complice à sa maman. « Elle te va à merveille », rétorqua Aminata à sa fille chérie.
Muni de son fusil de chasse Mamadou Traoré alias Nare, son père, rentré tardivement, s’est vite débarrassé de son arme pour se rendre dans une maison voisine où éclatait une violente dispute conjugale. « Le fusil chargé de munitions et placé dans un coin du bâtiment s’est glissé », rapporte notre source qui précise que l’arme dans sa chute a administré un coup à Mamie qui, atteint au thorax, s’est affalé au sol.

Attirées par son gémissement et un bruit de détonation peu singulier de l’arme fatal des membres de sa famille se sont retrouvés à son chevet. « Baignant dans un étang de sang, elle se tordait de douleur », explique ce proche de la victime.

«Grièvement blessée, elle est évacuée d’urgence au poste de santé de Pakao -Ndiama puis au district sanitaire de Bounkiling et finalement à Ziguinchor où elle a rendu l’âme quelques heures plus tard ».
Troublé et profondément touché Nare Traoré, le papa de la victime s’est rendu de son propre chef à la brigade de gendarmerie de Bounkiling où il est gardé à vue.

Les auditions et les éléments de constatation relevés par les pandores révèlent qu’une erreur de gestion de l’arme – un fusil de chasse confisqué par les gendarmes – serait à l’origine du coup de feu qui a ôté la vie à cette jeune fille nubile.
« Nare Traoré n’est pas du tout violent et chérissait d’ailleurs sa fille qui porte le nom de sa maman », témoignent des voisins aux enquêteurs qui semblent privilégier l’hypothèse accidentelle d’homicide « involontaire» qui suscite beaucoup de commentaires à Sédhiou.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*