Manœuvres pour un 3ème mandat : L’appel du président d’Abdel Aziz

La Présidence de la République mauritanienne a rendu public un communiqué suite aux manœuvres notées pour permettre un troisième mandat au président en exercice depuis 2009, Mohamed Ould Abdel Aziz. Qui appelle à « mettre fin à toutes les initiatives relatives à la révision des articles de la Constitution susmentionnés », dans un communiqué parcouru par emedia.sn. Dans lequel, il invite aussi, « les auteurs des initiatives et tous les Mauritaniens convaincus du style qu’il a instauré, jaloux pour leur patrie et conscients de l’ampleur du développement que le pays a connu, à renforcer leur système démocratique, à consolider les institutions de l’Etat, à resserrer les rangs pour faire face aux ennemis de la patrie et aux adeptes de la division, de la haine, de la violence et de l’extrémisme et à orienter leurs énergies exclusivement vers la suppression des obstacles qui entravent notre marche, réussie avec l’aide d’Allah, vers davantage de progrès, de prospérité et d’ancrage de l’unité, de la sécurité et de la stabilité. » « La scène nationale, motive-t-il, a connu récemment une forte dynamique visant à réaffirmer l’attachement au Président de la République comme dirigeant du pays et à son style pertinent dans la gestion des affaires de l’Etat. En effet, un certain nombre de cadres, d’élus, de personnalités de référence et de personnalités politiques, issus des différentes régions du pays, ont lancé des initiatives exprimant leur souci de préserver les acquis et leur attachement à ce que son Excellence poursuive la direction de la marche de construction et de développement. » Sous la houlette du président du Groupe de la Majorité parlementaire, Mohamed Yahya Ould Kherchi, un groupe de députés a dernièrement lancé une collecte de signatures dans le but de modifier les articles de la Constitution relatifs au mandat présidentiel, de manière à ouvrir à Abdel Aziz la possibilité de présenter sa candidature aux prochaines échéances présidentielles. Contre, le président mauritanien se dit convaincu que « la réalisation de cet objectif requiert la préservation du style suivi actuellement dans la gestion de la chose publique ; style qui a démontré son efficacité et qui a été adopté par l’écrasante majorité du peuple mauritanien. Un style qui doit se poursuivre comme référence première de l’Etat, sans égard aux personnes chargées par le peuple de diriger le pays, parmi ceux qui y sont attachés. » Ce, avant de rappeler « sa position constante qu’il avait déclinée dans de nombreuses occasions, en l’occurrence sa détermination à respecter la Constitution du pays et son rejet de tout amendement constitutionnel portant atteinte aux articles 26, 28 et 99 de la Constitution. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*