Marième Faye : l’étrange First lady iconoclaste ou l’inculte multimilliardaire. Par ahmadou Diop.

Curieusement, Marième Faye, la multimilliardaire étrange, la sénégalaise, inculte, bon teint, dont la peau s’éclaircit par le miracle magique de la carotte, est présumée musulmane, pieuse ou la First lady iconoclaste, biscornue.
En Allemagne, le mari effacé, chercheur, discret d’Angela Merkel, Joachim Sauer. La First lady habituelle au bon endroit. Comme toute démocratie réelle à l’épreuve des faits, dans les pays hautement civilisés, politiquement, le conjoint vit dans l’ombre et l’anonymat en toute humilité.

C’est la règle de la démocratie participative partagée par les esprits libres, patriotiques. Mais ici, le contraire se reproduit toujours. L’idéalisme doctrinal à l’effigie des éternels despotes nègres de service fraudeurs, contraste visiblement par leurs méthodes fascistes. Un couple présidentiel : paradoxe d’un paroxysme de l’idolâtrie ou le culte de la personnalité sévit de plus belle.
En « Nota Bene » et « à titre d’information », précise le chef de l’Etat Macky Sall : «Mon épouse, Madame Marème Faye Sall, est propriétaire de deux villas R+1 : une à Sacré cœur 3 servant de siège à l’Alliance pour la République (APR), d’une valeur estimée à quatre vingt (80) millions, et l’autre à Comico III, d’une valeur estimée à quatre vingt dix (90) millions».

Pour éviter d’être cardiaques, faisons abstraction du reste des biens mal acquis du couple présidentiel contre-valeur. Si nous nous évertuons à les énumérer, nous passerons des jours ou des mois à les mettre au crible.
Un comble de l’idolâtrie et du culte de personnalité substantiellement conformes aux velléités hégémoniques, ethniques, totalitaires, arbitraires, qui sévissent comme étant la seule option possible d’un système de gouvernance très opaque. C’est ça la pantomime du logiciel référentiel dans nos pays tenus par des détrousseurs notoires, maçonniques dans l’âme jusqu’aux os et aux mœurs totalement douteuses, qui blanchissent eux-mêmes et publiquement leurs forfaitures ignobles en bonne et due forme, et ceci au nez et la barbe des auxiliaires de service, dressés comme des carpes.
En Afrique, des nègres de service, métamorphosés étonnamment en médiocres multimilliardaires des raccourcis politiques, Macky Sall est inscrit en première loge des coupables « takhrip », y compris sa propre femme, Marième Faye, soi-disant, sénégalaise bon teint, musulmane de pacotille. Tous les deux bénéficient incontestablement d’une présomption de culpabilité matériellement avérée, sans qu’il y ait le moindre doigt visible pour les mettre au silence et à Rebeuss, de façon qu’ils soient mis hors d’état de nuire. Ils doivent être nécessairement les voisins immédiats des indociles encellulés.

Et la Fondation « Servir le Sénégal », cette nébuleuse grotesque, ce foutoir de caniveau est-il le réservoir exceptionnel de la caisse noire la plus toxique, servant à massifier l’apr partout dans le monde ? On peut légitiment se poser rationnellement la question. Qu’attend donc le procureur de la république, très zélé sur la traque des biens spoliés et placés à l’étranger, pour se manifester librement, afin de les inculper ?

Exemplaire, élégante par sa simplicité, pieuse musulmane, sénégalaise de pure souche, immortalisée par des caméras bienveillantes à son égard, alors qu’elle ne dispose d’aucun poste officiel dans la république, elle occupe l’ancien bureau de karim wade, sis au dixième étage de l’immeuble Tamaro, sous la couverture bidon de fondation « Servir le Sénégal », gérée par Daouada faye, responsable de la communication et des relations extérieures de la structure. D’où viennent donc ces mds de francs CFA ?

Quelle est donc la différence entre la fondation «Elisabeth Diouf, Solidarité partage» et «Education santé» de Mme Viviane Wade, sauf que Marième Faye reste bien l’arbre qui cache la forêt, malgré l’affichage erroné au public dont elle fait montre pour tromper les sénégalais naïfs. En vérité, elle fait le contraire de ce qu’elle prétend être ?
Le 20 avril 2012, lors de la déclaration de son patrimoine immobilier, Macky Sall, fait preuve d’absence d’argent liquide, comme si Macky Sall n’en possède point. Des biens réduits au rabais, qui avoisinent la bagatelle de 8 milliards de francs CFA pour un fonctionnaire. Suffit-il, alors, de déclarer son patrimoine si gantesque pour se couvrir ?
Ce qu’il n’est jamais en mesure de faire. C’est cet homme qui s’autoproclame comme étant le cheval de Troie de la prétendue bonne gouvernance. Le Sénégal est-il si indigne pour laisser faire cet escroc aux mains plus sales que l’ensemble de ceux qui sont accusés d’enrichissement présumé d’avance illicite ? Tout peuple mérite ses dirigeants.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*