Me El Hadji DIOUF : «L’Assemblée nationale a raté une bonne occasion de se rattraper…»

me-elhadji-diouf-moustapha-niasseMe El Hadji DIOUF : «L’Assemblée nationale a raté une bonne occasion de se rattraper…»

Si ça ne tenait qu’à Me El Hadji DIOUF, l’immunité parlementaire de Barthélémy DIAS ne serait pas levée. «Non on ne doit pas lever l’immunité parlementaire d’un député dans n’importe quelle condition. Vous savez que nous sommes en fin de mandat pour la présente législature, il ne reste que six mois », lance le président du PTP.

Avant de s’interroger sur une telle précipitation: «Où est l’urgence, l’opportunité pour faire d’abord lever parlementaire de Barthélémy et le juger après ? Pourquoi ne pourrait-on pas attendre la fin de son mandat ? Le mandat va bientôt expirer.

Qu’est ce qui explique subitement cette urgence? », se demande-t-il. L’avocat estime que l’immunité parlementaire n’appartient pas à DIAS fils, c’est la Constitution qui le protège. Sous ce rapport, la robe noire relève une violation de la séparation des pouvoirs.

«Mais plus grave le principe sacrosaint de la séparation des pouvoirs est violé avec la levée de l’immunité parlementaire. Parce que le pouvoir judiciaire ne peut pas donner des ordres au pouvoir législatif. Aujourd’hui, nous sommes en pleine session, les députés sont perturbés. On a suspendu les travaux de commission pour aller lever l’immunité parlementaire d’un collègue.

Et aucune urgence ne l’explique, c’est  comme si les députés étaient obligés d’exécuter les desideratas des juges. L’Assemblée nationale a raté une bonne occasion de se rattraper en disant au Procureur, aux juges laisser nous en paix », s’insurge-t-il.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*