Me Mame Adama Guèye : Les Fonds Manquent Le Moins…

Ce n’était pas mieux avant pour lui. Pas plus que ça ne l’est aujourd’hui. Mais l’homme, Me Mame Adama Guèye en l’occurrence, occupe la scène et semble vouloir s’y maintenir vaille que vaille alors que la salle se vide. Il tenait à être candidat à la présidentielle de 2019. A la précédente en 2007, il avait recueilli 0,40 % des suffrages exprimés.

Très vite, il s’est aperçu de l’immensité de la tâche et de la complexité de son équation. Il finit par abandonner. En alignant les arguments de son renoncement, l’avocat découvre la réalité de la société politique du Sénégal ramenée aux dimensions de la région du Cap Vert qu’il ne parvient pas à séduire.

Certes ici (et… ailleurs) ou là, les sourires qu’affichent les gens venant à sa rencontre le subjuguent. Mieux les chaudes poignées de mains le revigorent au gré de ses déplacements. Ce qui est de nature à le conforter dans l’idée que le « peuple l’aime ».

Au détour d’un rallye bien orchestré -sur le papier s’entend- se dévoile une criante désaffection qu’il encaisse avec dignité. En revanche, il ne s’avoue pas vaincu. Aussitôt, voilà le fondateur « d’Avenir Sénégaal bi nu begg » qui rebondit en enfourchant une nouvelle trompette de ralliement autour d’une cause bien juste : la défense du processus électoral. Son nouveau cheval de bataille. Admirez son sens des priorités…

« Il n’ y a de méritoire que le sacrifice », dit l’adage. Se serait-il soucié, lui le bel esprit, du sort du prochain scrutin, si d’aventure il avait rempli les critères de parrainage requis ? Pour commode que soit cette interrogation, elle n’épuise pas pour autant la subtilité de langage de l’ancien patron du Forum civil passé maître dans l’art de poursuivre l’effort avec habileté.

Sa volonté de rester actif n’a d’égale que sa crainte d’être « oublié ». D’autant que l’échiquier politique, en se renouvelant, ou plutôt en se rajeunissant, ouvre un large boulevard susceptible d’être préempté par le remuant Ousmane Sonko.

Car Abdoul Mbaye devient soudain aphone. Malick Gackou perd de l’énergie. Et tous les autres, de l’opposition en reconstruction, se baladent dans le peloton de queue… Dès lors, Me Mame Adama Guèye arpente les sentiers sinueux en quête d’espérance.

De tapes à l’épaule en sourires enjôleurs, il multiplie, devant les caméras et le cliquetis des photographes, les apparitions avec d’autres acteurs politiques de moindre envergure dans le but de tisser une épaisse toile, sorte de grille de protection du processus électoral.

Sa démarche a du répondant. Puisque certains leaders l’adoubent. Il suffit de les écouter pour se convaincre du bien-fondé de l’initiative qui peine justement à convaincre. L’ancien bâtonnier l’a-t-il appris à ses dépens ? Sans doute pas, tant s’en faut. Les jours à venir seront édifiants…

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*