Me Wade « j'ai fait tellement de bien sur terre que j'irai au paradis »

Abdoulaye WadeMe Wade est à cœur ouvert. Il ne nie plus avoir eu des ambitions présidentielles pour son fils Karim Wade, même s’il reconnait que ce n’est plus le cas. L’ancien président de la république confesse que « à un moment donné, il était tenté par l’idée de voir Karim devenir président de la République ». Présentement, soutient Me Wade, je ne le souhaite pas. « Maintenant je n’irai pas jusqu’à lui dire de ne pas s’impliquer en politique », relativise le père tout en laissant entendre qu’il n’est pas un dictateur, même avec ses enfants.

Abordant un tout autre registre, c’est-à-dire son âge, Me Wade soutient qu’il a 87 ans et qu’il est en bonne santé même si l’on admet qu’il en a 90. Il rappelle que son père est mort à 110 ans et sa grand-mère à 121 ans. « Dans ma famille, on connait la longévité. Mais je suis musulman et je sais que je peux partir à tout moment. Je sais que j’ai fait tellement de bien sur terre que j’irai au paradis », confie t-il à Jeune Afrique (JA).

Par Ibrahima Khalil

Me Wade menace : ” Je peux renverser Macky Sall à tout moment “

Depuis son retour au bercail, le pape du Sopi n’en finit pas dans la surenchère politique et les déclarations intempestives contre le régime de son successeur à la magistrature suprême, Macky Sall. Dans l’interview accordée à Jeune Afrique, il en a encore remis une couche qui fait froid dans le dos. ” Je peux renverser Macky Sall à tout moment “, a déclaré Me Abdoulaye Wade, droit dans ses bottes, sans sourciller.

Déclaration qu’il avait déjà faite de son exil parisien et, plus tard, du Maroc, à la veille de son retour mouvementé au pays, décidé à libérer, par tous les moyens, son fils emprisonné pour enrichissement illicite. Nos confrères d’Enquete, qui sont revenus sur cette déclaration tonitruante de Me Wade, de se demander ce qu’il risque après ces graves écarts de langage.

Non sans rappeler que le député Mame Mbaye Niang, proche du président de la République, a décidé de mettre sur la table de l’Assemblée nationale un projet de loi pour l’abrogation de la Loi Ezzan. Pour rappel, cette loi, votée sous Wade, amnistie tous les crimes et délits politiques de 1993 à 2004, dont l’assassinat du juge constitutionnel, Me Babacar Seye, lors de la présidentielle de 1993.

L’un des assassins, Pape Diakhate, après avoir bénéficié de la grâce présidentielle sous Wade, a indexé ce dernier comme étant le commanditaire. Nos confrères d’Enquête rappellent aussi que la Haute Cour de Justice, chargée de juger les anciens présidents et ministres qui auraient commis des fautes dans l’exercice de leurs fonctions, a été réactivée dernièrement. A bon entendeur,…

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*