MENDICITE DES ENFANTS 52% des dakarois contre

52% de la population de Dakar est contre la mendicité des enfants, selon un sondage d’opinion. Rendu publique hier, mardi 3 mendicite_talibes_2décembre, cette étude est commanditée par l’Unité Protection de l’enfance à l’Unicef Sénégal et la Direction des droits, de la protection de l’enfance et des groupes vulnérables (Ddpegv).

Les populations de Dakar ne supportent plus de voir les enfants trainer à longueur des journées dans les rues de la capitale sénégalaise à la recherche de piécette d’argent. Ils apprécient de moins en moins ce phénomène de mendicité qu’ils considèrent comme une traite.

Selon un sondage réalisé par l’institut de sondage BDA dans la période du 21 au 29 mars 2012 sur un échantillon de 1000 personnes, âgées de plus dix-huit ans, dans les quatre départements que compte Dakar, la grande majorité des dakarois sondés dans le cadre de cette enquête d’opinion est contre ce phénomène. L’étude indique que ce phénomène est considéré par les résidents de la capitale comme le troisième cas de problèmes après le chômage et l’insécurité.

Commandité par l’Unité Protection de l’enfance à l’Unicef Sénégal et la Direction des droits, de la protection de l’enfance et des groupes vulnérables (Ddpegv), cette étude indique que 52% des Dakarois sont favorables à l’interdiction de ce phénomène de mendicité des enfants, bien qu’ils soient 98% à donner l’aumône. Cette étude rendue publique hier, mardi 3 décembre lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de la revue annuelle des activités de l’Unicef dans notre pays souligne également que 94% des personnes interrogées estiment que l’Etat doit prendre ses responsabilités et interdire une bonne fois cette pratique.

Sur la capacité des actuels tenants du pouvoir à venir à bout de cette mendicité, 85% y croient. Toutefois, en guise de solution définitive à ce phénomène 81% votent pour la modernisation des Daaras et le soutien à ceux-ci. Appréciant les résultats de ce sondage, Niokhobaye Diouf, directeur de la Direction des droits, de la protection de l’enfance et des groupes vulnérables (Ddpegv) a déploré la persistance de certaines contraintes. Il s’agit, entre autres, du nombre considérable d’enfants ne disposant pas de documents d’état civil, la question du travail des enfants qui touche près de deux millions quatre cents enfants actifs dont cinq cents mille seraient dans des pires formes de travail des enfants.

Pour mettre un terme à toutes ces violations des droits des enfants, il a plaidé pour le respect du Plan d’action horizon 2015. «Nous devons parvenir à une éradication de la mendicité des enfants d’ici 2015 avec l’application de la loi. C’est quelque chose qui n’est pas systématique, facile à faire compte tenu des mesures d’accompagnement qui doivent accompagner cette loi».

In the Spotlight

Côte d’Ivoire : Michel Gbagbo va retrouver son père

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

113SHARESShareTweet Par Jeune Afrique – Côte d’Ivoire. Michel Gbagbo va retrouver son père. Laurent Gbagbo recevra les 25 et 26 septembre la visite de son fils, Michel Gbagbo, qu’il n’a pas vu depuis leur arrestation, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*