MESSAGE DU KHALIF SIDY MOKHTAR A LA CEREMONIE OFFICIELLE MAGAL DE TOUBA «Echanger sur tout ce qui relève de l'intérêt actuel ou futur du pays»

Le renforcement du dialogue entre acteurs politiques a été un élément clé du message que le khalife général des mourides a mis en avant-hier, lundi 23 décembre, lors de la cérémonie officielle du 119e Magal de Touba. Devant le ministre de l’intérieur,

le Khalife général des Mourides, Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké
le Khalife général des Mourides, Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké

Abdoulaye Daouda Diallo, représentant le gouvernement, il a également par la voix de son porte parole Serigne Bassirou Cheikh Abdou Khadre fait cette invite aux disciples en leur rappelant au respect de l’ordre établi par le fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba. Mais aussi en rappelant aux différents chefs religieux la préservation du legs des anciens, pour ne jamais sombrer dans le chaos fratricides qui déstabilisent beaucoup de pays musulmans.

Le khalife général des Mourides Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké par la voix de Cheikh Abdou Khadre Mbacké a orienté son discours sur la concorde et la paix dans l’espace politique.

Dans son allocution, le porte parole du khalife générale des mourides, a rappelé que l’exercice du pouvoir temporel est « une forme d’adoration de Dieu ». « Il est, certes une forme d’adoration de mettre le pouvoir temporel qu’Allah que Dieu vous confie au service et au bien être de la société. Au fait l’adoration d’Allah se décline en deux types : l’adoration direct qui consiste à l’application des prescriptions divines et l’engagement dans la société avec une intention pure », indique. Dans cette voie, le guide religieux a réitéré l’appel de Touba au dialogue politique devant les membres du gouvernement, le corps diplomatiques, les représentants des familles religieuses et coutumières. Son adresse est allée à l’endroit de l’opposition également bien représentée.

«Quand aux opposants, puisque vous aussi, à l’instar des gouvernants, vous portez les mêmes intentions positives pour le pays. L’opposition et le pouvoir à s’asseoir autour d’une même table et c’est possible. Il faut échanger sur tout ce qui relève de l’intérêt actuel ou futur du pays. Je vous prie d’éviter les invectives, d’être tolérant et de travailler», souligne t-il, tout en mettant en demeure ceux qui détruisent le bien public.

« Que vos plaisirs ne vous poussent pas à saccager le bien des innocents ou les deniers publics. Car tout nos problèmes peuvent être solutionné par la voix pacifique et non dans la confrontation», soutient-il.

«  Raffermir les relations entre chefs religieux »

Le guide religieux n’a pas manqué d’inviter les chefs religieux, qu’il considère comme les « continuateurs de l’œuvre de anciens pieux » à raffermir leurs relations. «Je lance un appel spécial au quel je me soumets en premier de raffermir nos relations pour mieux conserver le patrimoine que nous ont légué les anciens pieux, de par leurs enseignements et leurs parfaites compréhension de la région. Mais aussi leurs méthodes éducatives qui ‘ils mettaient en œuvre pour inculquer aux jeunes le culte du travail, de l’action et de la droiture. C’est par ces leviers que les saints ont parvenus à propager a religions islamique dans tous les contrées du Sénégal d’où son ampleur aujourd’hui dans le pays », dira t-il.

«Préservons le legs des anciens pieux»

Le porte parole du Khalife général des mourides mette en garde contre les déchirements sectaires qui dit t-il « conduisent des musulmans dans certains pays, à s’entretuer et profaner des sanctuaires d’obédience différentes. Cette concorde fut, en partie possible grâce à la conviction que la pluralité des voies et méthodes empruntées dans l’éducation spirituelles de leurs disciples », fait-il remarquer avant de plaider pour l’éducation des jeunes « conformément aux enseignements de nos anciens pieux pour ne jamais sombrer dans le chaos fratricides qui déstabilisent beaucoup de pays musulmans.

Appel à l’ordre établi et à l’orthodoxie

S’adressant à la communauté mouride, Cheikh Bassirou Abdou Khadre a exhorté les disciples à la préservation du leg conformément au droit d’aînesse et de respect mutuel.

«  De leur part les chefs religieux doivent veiller sur leur communauté, la soutenir et l’assister sur tous les plans. C’est cela l’ordre établie par Cheikh Ahmadou Bamba », recommande- t-il. Il a ainsi déploré l’action de jeunes réfractaires qui, selon lui, « prennent de leur propre chef des initiatives en s’exprimant au nom de la communauté à travers les médias »
Au vu de l’expansion fulgurante de la cité réligieuse de Touba et l’affluence gandissante de gens venant de tout horizon , le porte parole a rappelé les mesures qui ont été prises depuis le magistère de Serigne Abdoulahat Mbacke 3 eme khalife général des mourides pour renforcer la sécurité de Touba.

«  Il y a un certain nombre d’interdits dans la cité. Parmi ces interdits, il y a l’usage de la cigarette,, d’alcool etc. Serigne Abdoul Ahad avait sollicité du gouvernement l’installation d’une brigade.spéciale de gendarmerie J’exhorte les forces de l’ordre à traquer et punir quiconque les enfreints », dira t-il.

Serigne Mountakha Bassirou Mbacké avait pris auparavant la parole pour insister sur les règles édictés par Cheikh Ahmadou Bamba dans sa famille mais surtout rappeler l’effort financier demandé par le Khalife pour la construction des minarets de Touba et de la mosquée de masalikoul Jinane de Dakar. La somme de 1040 F est demandé à chaque disciple.
REACTIONS….REACTIONS….REACTIONS….REACTIONS….REACTIONS
ABDOULAYE MAKHTAR DIOP GRAND SERIGNE DE DAKAR
«Le message du Khalife est un appel à la conscience citoyenne»

«Le message du khalife général est un message qui recoupe le temporel à bien des égards. Dans la conjecture actuelle et le contexte du Sénégal tel qu’il est en Afrique, le message nous va droit au cœur. L Khalife demande à l’ensemble des chefs d’Etat du continent de veiller à la cohésion sociale à l’intérieur des territoires et aux bonnes relations. C’est l’appel qui est lancé aux hommes politiques. La troisiéme chose c’est l’appel à tous les citoyens dans la préservation du bien public et privé. C’est un discours qui est un appel à la conscience citoyenne et ensuite un mode de régulation des crises sociales aussi bien au sein de l’entreprises que administration publique ou on demande à prioriser le dialogue social plutôt que la confrontation ou tout autre voie de revendication pouvant mener à des violences. C’est un discours à répercuter auprés des masses. Du point de vue religieux, le mouridisme porte en lui-même les germes de sa dimension spirituelle.»

MODOU DIAGNE FADA DEPUTE DU PDS
«Le Pds est pour un dialogue franc et sincère»

« Le Pds a toujours été un parti de dialague. D’abord dans l’opposition, il avait toujours déclaré qu’il n’allait pas gouverner seul. Pour la paix et la stabillité dans le pays, il a été amené à rentrer à deux reprises dans le gouvernement du président Abdou Diouf.Quand nous avons été renvoyé à l’opposition par le peuple sénégalais, nous l’avons accepté et nous sommes en train de jouer notre rôle dans l’opposition. Je rappelle tout simplement que nous avons toujours été pour le dialogue et la concorde. IUl reste claire que le Pds n’est pas le maître du jeu même s’il reste le principal parti de l’opposition. C’est l’Etat. Le Pds est pour un dialogue franc et sincère et sur l’ensemble des secteurs qui déterminent la vie économique et sociale»

Me MADICKE NIANG ANCIEN MINISTRE
«Le pardon et l’union priment pour tout disciple de Serigne Touba»

«Un disciple de Serigne Touba est avant tout un homme de dialogue. Bamba Après avoir traversé les épreuves entre Diéwol, Louga, Ndar, les trois douloureuses nuits passées à Dakar, son voyage et la solitude de l’exil au Gabon, Cheikh Ahmadou a accordé son pardon. Nous devront donc pardonner. Le pardon et l’union prime pour tout disciple de Serigne Touba.Après 26 ans d’opposition et son emprisonnement, au moins trois fois par le président Abdou Diouf, le premier acte que mon leader politique Abdoulaye Wade a posé, c’est d’aller faire son ziar à Touba et aller rendre visite à la mère du président Diouf . Mais aussi en tendant sa main au président Diouf pour l’unité. En tant que disciple de Serigne nous oeuvrons comme nos anciens pour la paix et la stabilité du pays. »

Cheikh Seck député du Parti Socialiste
«Le Ps est le premier parti àthéoriser l’opposition républicaine»

«Je voudrais féliciter le khalife général des mourides et le remercier des priéres formulées pour le pays pour la concorde, la paix et la solidarité. Je mesure à sa juste valeur ce dialogue qui est lancé surtout aux responsables politiques. Je crois que le parti socialiste s’inscrit dans cette mouvance .le Ps est le premier parti à théoriser l’opposition républicaine.Mais aujourd’hui que nous appartenons à une mouvance présidentielle, nous travaillons à coté du Président Macky Sall.Ce dialogue est salutaire. Nous sommes preneur, nous y sommes déjà et nous y travaillons »

Mme Aida Mbodji député-maire du PDS
«Il appartient au Président de la république de créer les conditions d’un dialogue franc»

« Le marabout a encore ue fois montré qu’il a dépassé dans sa réflexion ces contemporains. Il n’a traduit que ce qui se passe dans les grandes démocraties. Il y a des passerelles de concertation à tous les niveaux autour des questions qui interessent la nation. Je pense que les discussions sont possibles. Maintenant il s’agit de les organiser, d’y mettre les formes. Je pense que cela reléve de la responsabilité exclusive du Président de la république. Aujourd’hui, il a un arbitre qui a donné des instructions,qui a donné des indications pour que ce dialogiue puisse avoir lieu .Je pense qu’il appartient au chef de l’état de faire son devoir au lieu de demander au ministre de l’intérieur de convoquer à sa place puisqu’il a déjà un cadre de concertation avec les acteurs politiques .Nous sommes représenté par le Président du groupe parlementaire libéral Modou Diagne Fada. Il appartient au Président de la république de créer les conditions d’un dialogue franc, en tant qu’acteur politique, en tant que gardien de la constitution, en tant que surveillant de la démocratie au Sénégal

Me Alioune Badara cissé APR
Je disais que c’est un dialogue qui ne devrait jamais s’estomper.Le khalife a bien fait et il le fait de maniére récurrente au cours des derniéres années d’appeler à nos obligations, à la concertation et à la conciliation autant pour ce qui concerne le landerneau politique que dans le milieu du travail.Je pense que le message a été bien compris par le minstre de l’intérieur représentant le ministre de l’intérieur.En ces titres et qualités ,il rendra compte et en ces titres qualités pour que ce dialogue puisse s’enclencher.Je crois qu’il l’a été déjà un peu mais il a été quelque fois biaisé.Il va falloir tenir compte des observations de l’opposition par rapport aux formes de convocation précédemment utilisées, le corriger et faire en sorte que ce dialogue soit sincére, qu’il soit ouvert, qu’il soit transparent et qu’il soit mené aux fins de mener le Sénégal vers le plus loin ,le plus en avant.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*