Meurtre de Fallou Sène, Bassirou faye, Fatou matar Ndiaye, parmi tant d’autres victimes à balles réelles : Et la boucherie permanente a-t-elle donc des parfums mystiques ? Par Ahmadou Diop CPC.

 Décidément, chaque université  au Sénégal et ses crimes d’état permanents,  semblent prendre  des parfums que l’on pourrait  qualifier  de boucheries mystiques et au nom de la raison d’état.  Bizarre ! Le 14 août 2014,  Bassirou Faye a  été victime  et  atteint d’une balle  réelle à la tête, a causé une hémorragie cérébrale, ayant entrainé sa mort dans des conditions scandaleuses et condamnables.

Ses camarades sont malmenés, maltraités, brutalisés lâchement,  et dont les uns ont perdu  l’usage de leurs bras, leurs yeux,   et les autres,  leurs jambes.  Cela nous renseigne sur l’impunité d’un régime criminel,  qui agit à tout vent, et donne l’ordre à sa police de la Stasi, qui se déchaine, a la gâchette facile, pour tuer et tirer sur des étudiants, désarmés,  innocents, sous n’importe quel prétexte motif bidon, tente  de justifier  indignement  des crimes crapuleux,  injustifiables, impardonnables,  imprescriptibles  dans  le temps et dans l’espace.    Rappel, pour se défausser, à  l’époque, Macky Sall, qui se trouvait à Paris, parlait d’infiltrations de l’opposition.

19 septembre 2016–  À  la Mac : suite au soulèvement des détenus au camp pénal,  qui observaient  une grève de la faim, en dénonçant leur séjour carcéral et les longues détentions sans jugement, étaient passés  sauvagement au tabac, ayant entrainé une cinquantaine de blessés.

Novembre 2016 : meurtre  sauvage  de Fatou Matar ndiaye par son chauffeur, samba Sow.

Après le meurtre de Fallou Sène, étudiant à l’université Gaston Berger de St Louis,  l’indigne et minable  ministron des Forces armées, Augustin Tine, s’offre en spectacle,  se convertit en juge,  procureur,  prend les devants,  et parle  de légitime défense, entre les lignes, pour défendre par des légèretés  les forces de l’ordre, , semble t il, encerclées, n’avaient d’autres choix que de tirer à balles réelles sur la victime Fallou Sène.

Sous Macky Sall, le fasciste, le lâche, le porte-malheur du Sénégal, désormais, chaque université au Sénégal,  porte la marque des  crimes d’état  spécifiques, étranges.

C’est baroque-  rien que des victimes mais jamais de coupables désignés. Celui qui voulait  porter plainte à l’ONU pour crime contre   la mort  de Mamadou Diop, survenue le 12 février 2012, est donc  l’arroseur arrosé, porte l’entière responsabilité des crimes infinis, incommensurables,  sous sa magistrature secrète, quoiqu’il puisse faire.

 Pendant que toute la classe politique s’indigne, condamne  massivement les actes lâches de sa police de la Stasi, qui a du sang dans ses mains,   exige une enquête,  des explications claires, rigoureuses, dont les uns somment raisonnablement et  impérativement la démission immédiate et sans conditions de Macky Sall, le mystique,  par son mépris total,  se tut  par son  silence coupable  sur les crimes d’état à répétitions en permanence.

 

In the Spotlight

Assurance au Sénégal : gros deal sur le pétrole…

by Babacar Diop in Economie 0

Le marché sénégalais des assurances bruit actuellement des rumeurs d’une grosse transaction sur la couverture des risques des installations pétrolières. De sources généralement bien informées, une compagnie de la place, faisant cavalier seul, aurait signé [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*