Militaires russes attaqués en Syrie: des assaillants auraient reçu des armes de la France

Lors d’une démonstration d’armes saisies aux terroristes d’al-Nosra, le militaire syrien Walid Khali a indiqué qu’elles provenaient de pays occidentaux, notamment de France, de Belgique et des États-Unis.

« Les armes présentées ici aujourd’hui ont été saisies aux terroristes il y a quelques semaines. Elles ont été livrées illégalement à des terroristes de l’étranger. Il existe plus de 100 armes légères et lance-grenades fabriqués aux États-Unis, en Belgique et en France », a déclaré M. Khali.

Les terroristes les ont notamment utilisées lors d’une attaque contre un poste d’observation de la police militaire russe en Syrie, le 18 septembre.

Selon l’armée syrienne, les djihadistes ont souvent perfectionné les armes occidentales par leurs propres moyens. En particulier, les fusils d’assaut américains M-16 ont été équipés de supports artisanaux pour viseurs optiques.

Présentant aux journalistes les armes saisies aux terroristes, le général Ali al-Ali, chef du département opérationnel principal de l’armée syrienne, a déclaré que les États-Unis livraient des armes aux combattants de Daech et à d’autres groupes radicaux et non pas aux représentants de la soi-disant opposition modérée, comme ils l’affirment.

« Compte tenu des événements récents dans la Ghouta Est et dans les régions orientales de Damas, des preuves irréfutables ont été recueillies démontrant que les terroristes utilisent des armes et des munitions étrangères », a déclaré le responsable.

« Des fragments de munitions fabriquées à l’étranger et portant des numéros de série ont été photographiés. Les terroristes pilonnent régulièrement avec ces munitions les quartiers résidentiels de Damas et de ses banlieues », a déclaré M. al-Ali.

Selon lui, pendant le déminage d’un quartier d’Alep, 193 munitions ont été trouvées et déminées, notamment des grenades de M203 et des mines de 60 mm produites par les États-Unis.

Le 18 septembre, les islamistes du Front Al-Nosra ont lancé une offensive dans le nord-ouest de la Syrie et ont encerclé un peloton de la police militaire russe, 29 hommes au total, engagés dans des missions d’observation dans la zone de désescalade d’Idlib. Pendant plusieurs heures, les militaires ont opposé une résistance aux terroristes et trois d’entre eux ont été blessés. L’intervention de l’aviation russe les a aidés à s’extraire de l’encerclement.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*