Mis en demeure par la CREI : Baldé traque 5 milliards de justificatifs

Les Forces de l’ordre n’ont pas chômé hier. L’audition de Abdoulaye Baldé par la Crei a été émaillée de bombes lacrymogènes pour disperser les foules. L’ancien ministre, qui a reçu sa mise en demeure, s’est dit «attristé» par la somme «pharamineuse» de 5 milliards de francs Cfa que Alioune Ndao lui demande de justifier.

Il est 10 heures à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et alentours. Le soleil darde ses rayons qui broient déjà la fraîcheur du matin. La chaleur suffocante perturbe le jeûne de ces militants massés devant les locaux de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), ceinturée par un cordon de policiers prêts à tout mâter sur leur passage.

Le ton est donné dès les premières heures de la matinée, avant même que Abdoulaye Baldé, hôte de Procu­reur spécial, ne défère à sa convocation, avec une altercation entre les jeunes centristes et les policiers qui les somment de se disperser à coup de grenades lacrymogènes.

L’air est pollué tout comme les rapports entre les Forces de l’ordre et les militants centristes qui veulent en découdre.

«Macky Sall doit savoir qu’un jour il quittera le pouvoir et ce sera son tour. Il n’y a plus de justice dans ce pays, on veut bâillonner la liberté des gens. On a le droit de circuler», peste un militant exaspéré par le comportement répressif des Forces de l’ordre. 

Une tension qui baissera d’un cran à l’arrivée de Abdoulaye Baldé. Mine sereine, sourire largement affiché à bord de son véhicule noir, l’ancien secrétaire exécutif de l’Anoci, emmitouflé dans un boubou blanc, s’en va répondre à Alioune Ndao. Les minutes s’égrènent et la foule grossit. La délégation du parti Rewmi, dirigée par Thierno Bocoum et Yankhoba Diatara, venus soutenir leur «frère» sur instruction de Idrissa Seck ragaillardit la foule.

Une présence cependant mal appréciée par les policiers qui sont encore revenus à la charge. Cette-fois, mêmes les journalistes ne sont pas épargnés. En pleine interview avec le député Thierno Bocoum, les Forces de l’ordre lancent une bombe lacrymogène dans la foule de reporters prise de panique. Le Rewmiste, quant à lui, a été malmené et sa tablette confisquée. Les germes d’une chaude matinée sont ainsi semés.

Baldé reçoit sa mise en demeure
Réagissant à chaud sur ce qui s’est passé dans l’intimité du bureau du Procureur spécial, le vainqueur des Locales de Ziguinchor a, à peine, annoncé sa mise en demeure. «J’ai un sentiment de tristesse et de désolation pour le pays de Senghor et de Abdou Diouf…», confie-t-il avant d’être interrompu par des grenades lacrymogènes. Rendez-vous a été aussitôt pris pour une conférence de presse improvisée à la permanence de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), son parti, sur les deux voies de Liberté 6 où il livrera les premières explications sur l’origine «licite» de sa fortune estimée à plus de 5 milliards.

tndiaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*