Mois de Ramadan : Fête des mendiants

LOI INTERDISANT LA MENDICITE les mendiantsDurant le Ramadan, les Dakarois mettent la main à la poche pour accompagner leurs prières d’offrandes. Et les mendiants se frottent les mains devant cette montée de la générosité des Sénégalais. Même s’ils embarrassent certains compatriotes.

C’est leur traite. En ce mois béni de Ramadan, Dakar assiste à un véritable déferlement de mendiants. Ils sont prostrés dans les rues de la capitale à la recherche de leur pain quotidien qui dépend de la générosité des autres. De tous les âges, de tous les sexes et de toutes les catégories, ils sont partout dans les grands axes de Dakar. 

Sébiles à la main, les aveugles, les handicapés, les personnes âgées, les enfants de la rue et surtout les talibés occupent les coins stratégiques de la capitale sénégalaise et abordent les passants en exposant leurs conditions de misère pour susciter ainsi leur apitoiement.

S’ils tournent autour des grandes artères, dans les marchés, des centres commerciaux, devant les administrations, les arrêts de bus et surtout les feux tricolores, ils sont mis en concurrence durant ce mois béni par une nouvelle catégorie de mendiants.

Il s’agit de vrais bras valides qui ont décidé d’investir le marché lucratif de la mendicité. C’est un business qui attire pratiquement tout le monde.

«S’ils te quémandent, si tu ne donnes pas ou tu ne dis pas que Dieu nous aide tous, ils ne vont pas arrêter. Ils vont continuer et souvent essayent même de te suivre», se désole Mme Ndiaye une mère de famille.

Cette nouvelle race de mendiants squatte les zones résidentielles et les mosquées. Sur place, ils tirent sur la fibre sensible pour toucher leurs interlocuteurs pressés de participer à cet effort social. Sioux, ils débarquent avec des ordonnances truquées en main pour implorer une aide. Les prétextes sont immuables.

«Le motif invoqué ?  C’est pour payer les médicaments d’un parent gravement malade, qui nécessite un traitement urgent ou sa femme qui a été opérée ou son enfant qui aurait fait un accident grave», ressasse-t-on.

Ce type de mendicité prend des proportions inquiétantes. Mais, la plupart des mendiants ne sont pas sincères. Ils ont délibérément choisi de ne pas vivre à la sueur de leur front. Ces attitudes mesquines révulsent la communauté musulmane. 

«Un jour, raconte un fidèle, un Monsieur est arrivé à notre mosquée avec une ordonnance pour quémander en disant que son fils de trois ans doit être opéré urgemment. Il se trouvait que quelqu’un de cette mosquée le connaissait, sachant qu’il est un grand escroc», témoigne D.B. 

Aujourd’hui, ils surfent sur la réputation des Sénégalais pour mettre en place un système d’arnaque. A l’heure des Nafila (prières subrogatoires du ramadan), les alentours des mosquées sont envahis par une armée de mendiants. Déguenillés. Le temps du travail n’a pas de répit pour ces «professionnels de la mendicité». 

«Cela fait quatre ans que je pratique la mendicité. Durant le mois de Ramadan, je fais la manche dans la journée, à l’heure de la rupture je mange dans les restaurants  et le soir je me pointe devant les mosquées pour quémander la charité», explique un mendiant. Depuis plus de 20 jours, sa vie est rythmée par cet emploi du temps infernal.

A la fin de journée, il peut se frotter les mains en jetant ses mains dans ses poches où s’amoncellent des pièces de Cfa. Quel bonheur !

Ibrahim Ndoye, prédicateur à Comico Ouakam, a du mal à accepter cette propension des gens à tendre la main dans les rues de Dakar.

«Certes l’Islam est une communauté, en ce sens, les musulmans doivent s’entraider, mais de faire de la mendicité une profession, c’est bafouer sa dignité, un fait que l’Islam condamne», dit-il. 

Selon lui, «en Islam, la mendicité est réservée aux indigents. Tous ceux qui font de la mendicité un métier ou un droit sans être invalides ou handicapés, sont en train de corrompre leur vie.» Peu importe : L’argent est le… moteur de la vie.

  • Écrit par  Habibatou WAGNE

Stagiaire

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*