Mort du matador Ivan Fandiño, encorné

Spanish matador Ivan Fandino is impaled by a Baltasar Iban bull during a bullfight at the Corrida des Fetes on June 17, 2017 in Aire sur Adour, southwestern France. Spanish matador Ivan Fandino died after being impaled by a Baltasar Iban bull during a bullfight in Aire sur Adour, southwestern France. / AFP PHOTO / IROZ GAIZKA

Un matador espagnol réputé, le Basque Ivan Fandiño, est décédé samedi soir à l’hôpital de Mont-de-Marsan, dans le sud-ouest de la France, où il avait été transporté en urgence après avoir été encorné lors d’une corrida à Aire-sur-l’Adour. De source médicale indépendante, on indique que le torero, après avoir été dans un premier temps pris en charge au bloc chirurgical de l’arène d’Aire-sur-l’Adour, a subi deux arrêts cardiaques dans l’ambulance et est décédé à son arrivée à l’hôpital.

© afp.

Ivan Fandiño, 36 ans, a été encorné alors qu’il effectuait un quite (une passe avec une cape) à l’un des taureaux de son compatriote Juan del Alamo. Il s’est alors pris les pieds dans sa cape et a trébuché au sol où il a été pris par le taureau qui l’a encorné. Auparavant il avait triomphé en coupant une oreille lors de sa prestation face à son premier taureau.

Ivan Fandiño, originaire d’Orduna, près de Bilbao (nord de l’Espagne), était à l’affiche de la corrida des Fêtes d’Aire-sur-l’Adour, avec Juan Del Alamo et le Landais Thomas Dufau, confrontés à des taureaux de l’élevage espagnol de Baltasar Iban (province de Madrid). Torero réputé pour son courage, il n’hésitait pas à affronter des taureaux d’élevages récusés par nombre de ses collègues, comme ceux de Baltasar Iban.

La précédente mort d’un torero dans une arène remonte au 9 juillet 2016 avec le décès du matador espagnol Victor Barrio, 29 ans, dans l’arène de Teruel (centre-est de l’Espagne). Un peu plus d’un mois auparavant, l’excentrique Mexicain El Pana était décédé le 2 juin 2016 à l’hôpital de Guadalajara après avoir été blessé le 1er mai lors d’une corrida à Ciudad Lerno.

Sinon, il faut remonter à 30 ans en arrière pour retrouver trace d’un tel drame avec la mort en 1985 d’un jeune prodige de 21 ans, José Cubero “El Yiyo”, encorné au coeur par un taureau à Colmenar Viejo, près de Madrid.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*