Mouvement d’humeur à Thiès : En colère, les militaires invalides exigent la signature de leur carnet de santé

militaires-invalidesD’habitude, ce sont les civils qui sont connus pour ce genre de chose. Mais, hier, ce sont des anciens militaires invalides des régions de Thiès et de Diourbel, qui ont exprimé ce qu’ils gardaient, depuis plusieurs années. Ils se sont rebellés en effet contre leur tutelle, qui, d’après eux, refuse de signer leur carnet de santé.
Le Capitaine à la retraite Ibrahima Lecor, porte-parole du jour, affirme que cette situation a fait qu’ils sont confrontés à d’énormes difficultés pour se soigner. «Nous sommes d’anciens militaires à la retraite qui bénéficient d’une pension d’invalidé. Laquelle pension est accompagnée d’un carnet de santé. Et l’intéressé se doit chaque mois de prendre contact avec le médecin militaire de la Base aérienne des forces de la Zone militaire N°7, le Dr Famara Seck, pour la signature de ce carnet de pharmacie qui lui permet de bénéficier de médicaments», a-t-il expliqué.
Poursuivant, il a informé: «Cela fait très longtemps que le médecin n’a pas signé les carnets de santé. Tout au début, le travail était régulier. Mais un jour, le médecin a décidé de signer les carnets les mardis et jeudis. Et depuis le jeudi passé, il n’a pas signé les carnets sous prétexte qu’il fait partie de la Commission médicale qui doit se rendre à Touba. Nous sommes allés le voir hier, il nous a envoyé un émissaire pour nous dire qu’il n’est pas disposé à signer les carnets de santé. Or nous, on ne peut pas attendre».
Une situation qui, d’après lui, a chamboulé tout le processus. «Car, a-t-il précisé, il y a d’anciens militaires qui habitent dans les localités de Pout, Diourbel, Tivaouane, Mbour et même jusqu’à Touba qui se déplacent les mardis et jeudis à Thiès à des heures impossibles, entre 2 heures et 3 heures du matin pour uniquement la signature de ce carnet. Car, ils sont au courant de l’attitude du médecin qui quelques fois signe une trentaine de carnets et s’en limite à ça».
La mine désespérée, il a clamé à qui veut l’attendre que «les militaires invalides sont fatigués et très affligés par cette situation. Aussi, interpellons la Direction de la santé militaire». L’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives, Mbassa Sène, qui a reçu les manifestants, a promis de saisir leur supérieur c’est-à-dire le Commandant de la zone militaire 7, le Colonel Amadou Anta Guèye et les autorités compétentes pour trouver une issue à ce problème.
Du côté de la base des forces de la zone militaire n°7, on se contente de dire que «la situation peut s’expliquer par le fait que le Dr Famara Seck, le seul médecin de la base militaire, gère neufs formations du Commandement et qu’il est débordé».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*