MSAS – Leardership contesté du directeur de Cabinet de Awa Marie Coll Seck : Le malaise Mame Abdoulaye Guèye

Le Cabinet de Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’action sociale (Msas), s’accommode mal ces derniers temps, des quolibets et autres dénigrements dont le directeur de Cabinet du ministre fait l’objet. Mame Abdoulaye Guèye n’aurait pas l’étoffe, pour être à cette place d’où les déclarations et autres confidences virulentes de certains agents du département.

M. Guèye, qui a reçu Le Quotidien hier (lire ailleurs), cache mal son spleen, même s’il se défend d’être gêné par cette situation et dit assumer tous les choix du ministre, relativement aux postes de nomination, surtout dans les établissements de santé. 

Le ministère de la Santé et de l’action sociale (Msas) vit sa petite crise en interne, depuis quelque temps, du fait d’humeurs de fonctionnaires aux trajectoires et autres objectifs totalement différents. Du haut de l’immeuble qui surplombe la rue Aimé Césaire de Fann Résidence, se cache en réalité, de petits meurtres entre cadres du ministère et souvent au nez et à la barde de la maîtresse des lieux.

Awa Marie Coll Seck ne serait pas très au fait du malaise que constitue le directeur de Cabinet à qui elle a fait appel, au lendemain de son retour au ministère de la Santé. 

L’homme ne fait pas l’unanimité encore que le terme peut paraître superflu et ne semble jouir que de la confiance du ministre Awa Marie Coll Seck. D’abord, son profil ne répondrait pas aux exigences du poste, même s’il s’en défend par ailleurs et son leadership est rudement contesté, surtout dans le cadre des affectations et autres nominations au ministère de la Santé.

Certains cadres du ministère, encagoulés, ne cessent de critiquer sa façon de rendre service à Awa Marie Coll Seck. Mais, d’autres cadres, à l’image du Docteur Amadou Bâ, mis à la disposition de la Direction des établissements de santé (Des), depuis le relèvement de ses fonctions comme directeur de l’hôpital régional de Kolda, parlent à visage découvert et ne cessent de hausser le ton quand il s’agit de Mame Abdoulaye Guèye.

Quelqu’un comme Dr Amadou Bâ a, plusieurs fois, investi des plateaux de télévision, pour critiquer le directeur de Cabinet du ministre Seck. Il le fait, tout en brandissant néanmoins des documents qui, à l’en croire, sont très compromettants à l’endroit de M. Guèye. Parmi ces documents qui circulent depuis quelque temps et dont Le Quotidien a pu avoir copie, il y a cette lettre adressée à l’Agent judiciaire de l’Etat, avec ampliation au président de la République et au président de la Cour suprême. 

Morceaux choisis : «Je n’ai pas cessé de soutenir que la vigilance du président de la République est trompée par les autorités du ministère de la Santé, notamment pour ce qui concerne la nomination et le relèvement de directeurs d’établissement public de santé. L’adoption en conseil des ministres du 12 juin 2014 du projet de loi, abrogeant et remplaçant les articles 4, 7, 13 de la loi n°98-12 du 2 mars 1998 relative à la création, à l’organisation et au fonctionnement des établissements publics de santé, confirme toutes mes déclarations. En effet, pour régulariser ces forfaitures, ils ont proposé des modifications qui méritent une attention particulière et une prudence soutenue dans la suite à donner à ce projet.

En effet, le projet de loi dit en substance  :  «L’adoption du nouveau Code général des collectivités locales dans le cadre de l’Acte 3 de la décentralisation, les blocages constatés au niveau de la gestion administrative et financière ont conduit aux réformes envisagées pour une adaptation au cadre législatif. Ainsi, le terme «assimilé», qui vient s’ajouter à la conditionnalité pour la nomination du directeur d’Eps est-il pour régulariser des forfaitures déjà enregistrées, car la seule condition pour être agent de la hiérarchie A était suffisante et l’article ne souffrait d’aucune ambigüité ?»»

En fait, par cette lettre, Dr Amadou Bâ, en poste à la Des au ministère de la Santé, dit vouloir montrer comment Awa Marie Coll Seck et par ricochet le chef de l’Etat sont «trompés» par des fonctionnaires du ministère comme Mame Abdoulaye Guèye pour placer dans le système, des hommes qui leur sont favorables.

Dr Amadou Bâ, un revanchard ?  
Dans une autre lettre-réponse à une demande d’explication reçue de sa hiérarchie sur des révélations dans les médias, voilà ce qu’écrit Dr Bâ à l’endroit de Saliou Diallo, directeur des Etablisse­ments de santé : «Je confirme que la vigilance du ministre de la Santé a été trompée par le directeur de Cabinet, sinon comment comprendre qu’un directeur de Cabinet puisse laisser signer le ministre, des notes aux antipodes de la régularité, si on considère la prééminence et la position stratégique de ce poste dans l’organisation et le fonctionnement d’un cabinet ministériel ? J

e confirme que Amadou Fall, directeur du centre hospitalier de Kolda est bien de statut technicien supérieur de santé 2e échelon 2e classe au moment de sa nomination, donc agent de la hiérarchie B, ce qui constitue une violation des dispositions de l’article 7 de la loi 98-12, Pape Mandimo Ndiaye, nommé chef du service administratif et financier du centre hospitalier de Diourbel est bien commis d’administration et non secrétaire d’administration, comme mentionné dans l’arrêté signé par le ministre de la Santé.

Concernant le cas de Thieno Amadou Ndiaye de l’hôpital d’enfants Albert Royer, les propos contenus dans ma lettre adressée au président de la République s’établissent comme suit :  «Thierno Amadou Ndiaye nommé directeur, recruté dans les mêmes conditions et par le même arrêté, mérite également d’être revisité et je maintiens mes propos qui ne doivent pas être transvertis..» Quant aux preuves, elles sont en ma possession et seront présentées au moment opportun et à qui de droit.»

Bref, la défiance est manifeste et le Cabinet de Awa Marie Coll Seck est clairement visé par l’ancien directeur de l’hôpital de Kolda. Pour qui, toutes les nominations intervenues depuis l’arrivée de Mame Abdoulaye Guèye au Cabinet du Pr Seck, sont issues de combines et de combinaisons…amicales afin d’écarter ceux qui ont le profil pour gérer les établissements de santé. Comme lui par exemple, qui a été démis de ses fonctions de directeur, par…. Mame Abdoulaye Guèye, alors qu’il était à la tête de l’hôpital de Kolda. Il dit certes ne pas en vouloir à son «bourreau», qui l’a mis «au frigo», mais reconnaît ne pouvoir accepter que quelqu’un qui devrait être son subalterne décide de son sort, sans qu’il puisse trouver à redire.   
 
           
alyfall@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*