NECROLOGIE Garang Coulibaly, n'est plus !

Garang CoulibalyL’inspecteur principal de la jeunesse à la retraite et expert sportif, Garang Coulibaly n’est plus. L’auteur de la ”La fabuleuse histoire du sport africain : genèse du Conseil supérieur du sport en Afrique” (Editions Maguilène), s’est éteint samedi dernier, de suite d’une longue maladie. Il a été enterré le même jour au cimetière de Yoff.

Véritable bibliothèque du sport sénégalais et d’Afrique, M. Coulibaly est un expert reconnu pour ses analyses pointues. Témoin des plus grands événements du sport africain, Garang Coulibaly savait hypnotiser son auditoire dans les différentes conférences et autres tables rondes auxquels, il prenait part. Il a servi au plus haut point le sport en général et le Sénégal en particulier. Adieu Garang, dont la vie a été bien remplie !
TEMOIGNAGES…
Abdoulaye Ndiaye Sylla, Administrateur et Directeur des Publications de Sud Quotidien
«Une grosse perte pour le sport et la jeunesse africaine»
«C’est une grosse perte pour le sport et la jeunesse africaine. Il était d’abord professeur de mathématiques à Mbour. C’est là que je l’ai connu. Il était entraîneur de notre équipe de football de l’école normale. Pluridisciplinaire, il était dans le football et surtout dans l’athlétisme. Mais aussi dans toutes les autres disciplines sportives.  Il a beaucoup fait pour l’olympisme. Il a collaboré avec plusieurs ministres des sports notamment Lamine Diack, avec qui, il entretenait de très bonnes relations, mais aussi avec François Bob. C’était une figure emblématique du sport sénégalais. Il était rigoureux et spécial. Il a aussi dirigé l’équipe de Niary Tally qui s’appelait à l’époque ONU. C’était un touche-à-tout. En dehors de sa profession, il était aussi versé dans la musique».
Babacar Khalifa Ndiaye, Responsable du Service des Sports du Soleil
«C’est une encyclopédie du sport qui disparait»
«C’est une encyclopédie du sport qui vient de disparaitre. Il aimait le football brésilien et Pelé en particulier. Il était un spécialiste de football et de l’athlétisme. Garang a fait une grande carrière au sein du Cnoss et a beaucoup donné à l’olympisme. Il était très pointu dans ses analyses. C’était une mine d’information. Je l’ai connu quand j’étais débutant dans la profession. Il a toujours été disponible. Il l’est resté avec la nouvelle génération. Il maitrisait pratiquement tous les sports. C’est une grosse perte pour la presse sénégalaise et la presse sportive en particulier».
Mamadou Koumé (Président de l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal)
“Garang était un homme  multidimensionnel”
«L’homme était brillant, il avait fait de solides études mais le domaine qu’il avait librement choisi était le sport. Après avoir été professeur de maths, Garang avait emprunté une carrière de fonctionnaire au ministère des Sports. Il a fait partie des tout premiers inspecteurs de la Jeunesse et des Sports de notre pays. Il a occupé d’importantes fonctions dans sport sénégalais et continental. Directeur des Sports au ministère des Sports, directeur du stade Léopold Sedar Senghor, directeur technique du CNOSS, il a été avec Lamine Diack et Papa Gallo Thiam, parmi les membres fondateurs de la Confédération africaine d’athlétisme dont il fut le secrétaire général et la cheville ouvrière de 1983 a 1999. Il a été également pendant une décennie le Directeur du Centre régional de développement de l’athlétisme (CRD) de l’IAAF. Ce touche-à-tout était aussi à l’aise lorsqu’il était question de sport, de management, de mathématiques et de la musique salsa qui étaient ses “véritables passions” comme il l’écrit dans son ouvrage “Genèse du Conseil supérieur du sport en Afrique”, paru il y a deux ans aux éditions Maguilène.
Pour la presse, il était une mine d’informations disponible. Il laissera pour nous un grand vide.»

Abdoulaye THIAM

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*