Netanyahu avertit Poutine: « si l’Iran ne quitte pas la Syrie, Israël déclarera la guerre »

Benjamin Netanyahu a averti le président Poutine qu’Israël “déclarera la guerre” si l’Iran ne quitte pas la Syrie immédiatement. Netanyahou a déclaré que l’armée israélienne se battrait contre des soldats iraniens et syriens si l’Iran continue de vaincre DAECH dans la région. “Nous agirons si nécessaire selon nos lignes rouges”, a déclaré le Premier ministre israélien au président russe lors d’une réunion de 3 heures à Sotchi. Réaction de Poutine : “ça m’en touche Une sans faire bouger l’Autre”.

Selon Zerohedge.com: Cela vient alors que DAECH s’effondre, et à un moment où la plupart des dirigeants mondiaux ont atténué leur rhétorique concernant le devenir futur du gouvernement Assad.

Après des années de rythme régulier de déclarations belliqueuses émanant de l’Ouest et répétant “Assad doit aller“, “lignes rouges” et des années de prédictions fallacieuses selon lesquelles “la disparition du régime est imminente”, il semble maintenant que l’on accepte généralement que le gouvernement syrien est devenu victorieux dans le conflit de 6 ans.

Non seulement Trump, cet été, a-t-il ordonné la fermeture du programme de changement de régime de la CIA qui a visé Assad, mais il semble même que les nations du Golfe – récemment impliquées dans leur propre guerre civile politique inter-CCG et leurs vêtements sales – ont été obligées de tempérer leur rhétorique . La Turquie a également changé ses priorités en Syrie après que ses machinations de changement de régime bien connues, qui comprenaient la facilitation du transfert de dizaines de milliers de djihadistes étrangers (dont le noyau a intégré DAECH) à travers sa frontière sud. Les médias internationaux aussi, reflétant généralement des réalités géopolitiques indéniables, ont lancé des titres comme “Et le gagnant est: Assad” et “Nous devons accepter que Assad gagne en Syrie” et “Comment Assad gagne”.

Mais il semble que Benjamin Netanyahu n’a pas reçu de mémo. Mercredi, le Premier ministre israélien a déclaré au président russe Poutine qu’Israël ne tolérerait pas une présence iranienne en Syrie et signalé davantage la volonté d’aller en guerre en Syrie pour réduire l’influence iranienne. “L’Iran est déjà sur le point de contrôler l’Irak, le Yémen et, dans une large mesure, contrôle le Liban“, a déclaré Netanyahu à Poutine, ajoutant que « nous ne pouvons pas oublier une minute que l’Iran menace chaque jour d’anéantir Israël. Israël s’oppose à la poursuite de l’aide de l’Iran à la Syrie. Nous serons sûrs de nous défendre avec tous les moyens contre cela et contre toute menace ».

Les deux dirigeants se sont rencontrés pendant trois heures dans la station de Sotchi de la mer Noire – leur sixième réunion depuis septembre 2015. Poutine n’a pas répondu publiquement aux mots provocateurs sur la Syrie pendant la partie de la réunion ouverte aux journalistes. Netanyahou a ensuite déclaré aux journalistes israéliens qui couvraient la réunion que: Faire entrer les Chiites dans la sphère sunnite aura de nombreuses implications sérieuses à la fois en ce qui concerne les réfugiés et les nouveaux actes terroristes. Nous voulons empêcher une guerre et c’est pourquoi il est préférable de sonner l’alarme tôt pour arrêter la détérioration.

La référence de Netanyahou à « la sphère sunnite » est venue après qu’il a résumé la partie de la discussion fermée en ce qui concerne « la tentative de l’Iran d’établir un point d’ancrage en Syrie dans les endroits où Daech a été vaincu et est parti. » Les commentaires de Netanyahou reflètent une vision extrêmement inquiétante qui est devenue très importante dans les milieux de défense israéliens pour lesquels: Daech est finalement préférable à l’Iran et à Assad. Autrement dit, pour Netanyahou, la présence continue de Daech en Syrie et en Irak est une option infiniment meilleure que celle de sphères d’influence pro-iraniennes ou même pro-russes.

Bien sûr, cette vision du “le moins mauvais est DAECH” n’est rien de nouveau. En Israël, par exemple, il existe même des groupes de réflexion « respectés » liés aux grandes universités publiques qui demandent ouvertement que DAECH puisse prospérer en Syrie. Le Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques, par exemple, qui est l’un des groupes de réflexion les plus visibles et influents d’Israël (et situé sur le campus de la deuxième plus grande université d’Israël), a publié un document d’orientation l’année dernière qui a fait appel directement aux partenaires occidentaux d’Israël avec le message sans équivoque contenu dans le titre de l’essai: “La destruction de l’État islamique est une erreur stratégique“.

L’auteur et le directeur du Centre Begin-Sadat, Efraim Inbar, ont plaidé contre une campagne militaire occidentale pour détruire DAECH, tout en soulignant que Daech est un outil efficace pour semer la terreur et le chaos en Iran et en Syrie, avec l’avantage supplémentaire de garder la Russie coincée dans la défense du gouvernement Assad. Inbar l’a clairement écrit:

« L’existence continue de Daech [État islamique] sert un but stratégique. L’administration américaine ne semble pas capable de reconnaître que Daech peut être un outil utile pour miner le plan ambitieux de Téhéran pour la domination du Moyen-Orient. »

Tout en reconnaissant la brutalité génocidaire totale de l’État islamique, le document a conclu: « Le dégoût occidental pour la brutalité et l’immoralité ne doivent pas obscurcir la clarté stratégique ». Un document d’orientation publié par un groupe de réflexion israélien influent qui s’engage avec l’OTAN soutient que DAECH est un « outil utile » pour la défense stratégique d’Israël. Différents fonctionnaires de la défense israéliens actuels et anciens ont fait écho à ce point de vue au fil des ans, y compris l’ancien ambassadeur israélien aux États-Unis Michael Oren, qui, en 2014, a surpris le public au Aspen Ideas Festival du Colorado lorsqu’il a déclaré dans des commentaires liés à DAECH que « moins pire que les Sunnites et les Chiîtes ». De même, pour Netanyahou et d’autres officiels israéliens, la préoccupation principale n’était jamais le culte de la mort noire que Daech filme en train de décapiter les Américains et de brûler les gens vivants, mais la possibilité, selon les mots d’Henry Kissinger, d’une ceinture territoriale chiite et pro-iranienne allant de Téhéran à Beyrouth.

Bien sûr, une telle perspective a également tendance à supposer que la souveraineté syrienne et irakienne est inexistante (mais plutôt considérée comme une simple extension de l’Iran et de la Russie), même si les deux pays sont maintenant en meilleure position en termes de souveraineté opérationnelle avec la Syrie ayant libéré Alep et l’Irak ayant regagné Mossoul. Et c’est peut-être pourquoi il y a de plus en plus de récits de la vérité (et non pas que des mensonges) en Israël, dans le Golfe et à Washington ces jours-ci: la partie est terminée en termes de changement de régime espéré en Syrie. Peut-être que maintenant, il y aura simplement des discussions plus ouvertes et constructives, où les hypothèses sont mises en évidence alors que les stratèges golfiques, israéliens et américains rêvent maintenant de changement de régime en Iran.

Bien que rarement reconnu dans les rapports internationaux, Israël s’est engagé dans des actes de guerre ouverts en Syrie depuis au moins 2012 et 2013, quand il a lancé une attaque massive de missiles contre une installation de technologie de défense syrienne à Jamraya en dehors de Damas. En 2016, Israël est allé jusqu’à bombarder l’aéroport international de Damas, tuant un célèbre commandant du Hezbollah. Dans une entrée importante la semaine dernière, le chef de la force aérienne israélienne a reconnu près d’une centaine d’attaques des Israéliens contre les convois en Syrie au cours des 5 dernières années. Plus tôt cet été, Netanyahou lui-même a été pris sur un micro chaude se vantant qu’Israël avait frappé les cibles syriennes au moins “une douzaine de fois”. Et cela sans parler du soutien plus ou moins secret d’Israël aux groupes liés à Al-Qaïda dans le sud de la Syrie, ce qui aurait impliqué des transferts d’armes et le traitement des djihadistes blessés dans les hôpitaux israéliens, ce dernier qui a été largement promu dans des activités photographiques impliquant Netanyahu lui-même.

Comme l’ancien directeur par intérim de la CIA, Michael Morell l’a dit directement au public israélien, le « jeu dangereux » d’Israël en Syrie consiste à coucher avec Al-Qaïda afin de lutter contre l’Iran chiite. Peut-être le plus grand coup contre le plan israélien d’empêcher la présence iranienne en Syrie a eu lieu mi-été de cette année, lorsque Trump a accepté avec la Russie une zone de désescalade au Sud-ouest de la Syrie, ce qui impliquerait nécessairement une coopération iranienne. L’accord reconnaît implicitement que la présence des troupes iraniennes en Syrie est légitime et, comme indiqué à l’époque, “ignorait presque complètement les positions d’Israël”.

Mais les analystes s’accordent généralement à dire que l’accord entre les États-Unis et la Russie a été relativement réussi et un pas dans la bonne direction. Même le rapport de Reuters sur la réunion de Netanyahu-Poutine de cette semaine semblait reconnaître l’efficacité de l’affaire: la Russie a jusqu’à présent démontré une abstention envers Israël, avec la mise en place d’une ligne téléphonique militaire pour empêcher que leurs avions de guerre ou unités anti-aériennes ne se heurtent accidentellement au-dessus de la Syrie. Mais étant donné qu’Israël s’est déjà investi si lourdement pour chasser Assad, tout en lançant régulièrement des attaques contre le Hezbollah en toute impunité, il est peu susceptible de se désengager de la Syrie dans les plus brefs délais, même si les alliés occidentaux proches changent publiquement leur mélodie.

Les mots bruns de Netanyahou à Poutine que l’escalade « préventive » en Syrie pour détruire ce que les responsables de défense israéliens appellent communément le « pont terrestre iranien » (ou le soi-disant « croissant chiite ») peut en réalité être un postulat diplomatique vide, mais il révèle une augmentation du désespoir israélien alors même que l’Occident semble ignorer les « lignes rouges » à plusieurs reprises déclarées de Netanyahou. Bien sûr, Netanyahu reste le meilleur réconfort du lobby anti-Syrie. Déjà, à peine 24 heures après la visite de Netanyahou, les colloques du Néocon l’exhortent à « prendre des mesures » unilatérales: et il devra aller au-delà des mots. Avec le repli DAECH, les réfugiés syriens qui rentrent chez eux, la stabilité s’inscrivant sur de vastes étendues de la Syrie et des zones de désengagement réussies, il semble qu’il n’y a plus que Netanyahu ( avec des groupes terroristes comme DAECH ) qui soit malheureux dans la région. Pourtant, la Syrie continue sur sa trajectoire d’espoir actuelle et son chemin vers le rétablissement.

Réaction de Poutine : “ça m’en touche Une sans faire bouger l’Autre”

Ce vendredi 25 août, un quotidien russe s’est penché sur la réaction de Vladimir Poutine, président russe, aux allégations anti-iraniennes de Benyamin Netanyahu, lors de leur rencontre à Sotchi.

Selon Pravda, l’organe du parti communiste russe, « le cauchemar de Netanyahu est devenu réalité et tous ces plans sont tombés à l’eau ».

« Lors de sa visite, le 23 août 2017, en Russie, Netanyahu a annoncé à Poutine que le Corps des gardiens de la Révolution islamique et les forces du Hezbollah libanais étaient prêts à attaquer Israël via la Syrie », a poursuivi Pravda avant d’ajouter : « Très calme, le président russe a noté que l’Iran était l’allié stratégique de la Russie au Moyen-Orient, mais qu’Israël est également un partenaire important pour la Russie dans la région ».

Citant les témoins de cette visite, Pravda ajoute : « Le Premier ministre israélien était très stressé et anxieux lors de sa rencontre avec le président russe et tentait, en ayant recours à un discours quasi apocalyptique de convaincre Poutine des dangers qui menaceraient le monde, s’il ne s’oppose pas à l’Iran ».

Mais quelle était la réaction russe ? Alors que Netanyahu ne cessait de décrire son scénario à faire le froid dans le dos de son interlocuteur, Poutine a bâillé comme s’il voulait dire: « désolé mais nous ne pouvons rien faire pour vous ! », ou , en langage de Chirac :
“ça m’en touche une sans faire bouger l’autre”.

Poutine aurait pu rappeler à Netanyahou une autre citation de Chirac :
« La volaille qui crie le plus fort est celle dont on arrache les plumes »,
car liquider Daech, c’est déplumer Israël.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*