Niger: Issoufou brigue un deuxième mandat lors d’une présidentielle tendue

160221114846_issoufou_votes_950x633__nocreditLes électeurs nigériens ont commencé à voter dimanche pour élire leur président, le chef d’Etat sortant Mahamadou Issoufou briguant un deuxième quinquennat face à une opposition qui agite le spectre de la fraude après une campagne tendue.

De nombreux bureaux de vote ont toutefois ouverts avec du retard, a constaté l’AFP.

A l’Hôtel de Ville de Niamey, où doit voter M. Issoufou, le premier électeur a déposé son bulletin à 8H05 (7H05 GMT), cinq minutes après l’heure officielle de l’ouverture des bureaux. Mais à la même heure, le matériel venait seulement d’être livré dans un collège du quartier du Plateau.

« Il est 8H00 et il n’y a personne. Je ne vois pas le numéro des bureaux de vote et les listes ne sont pas affichées », a expliqué Ali Issaka, attendant devant une école du quartier populaire Lazaré.

Quelque 7,5 millions de Nigériens sont appelés aux urnes dans ce pays de 18 millions d’habitants parmi les pauvres de la planète et sous la menace des groupes jihadistes sahéliens et le groupe islamiste Boko Haram.

Dans la zone de Diffa (sud-est) où sévit Boko Haram, les bureaux devaient ouvrir à 05H00 et fermer à 17H00, officiellement en raison d’une luminosité différente, contre 19H00 dans le reste du pays.

« Il n’y a pas de risque zéro mais nous nous organisons pour tenir le pari de la sécurité le jour du vote », a affirmé le ministre de l’Intérieur Hassoumi Massaoudou.

– ‘Un coup KO’ –

La présidentielle est couplée à des législatives (un tour à la proportionnelle par région) et les résultats seront annoncés dans les cinq jours suivant le scrutin.

Le président Issoufou, 63 ans, surnommé le « lion », annonce une victoire par « un coup KO » dès le premier tour face à ses 14 rivaux mais l’opposition, divisée, a promis de s’unir au second tour.

Elle accuse le président de préparer un « hold-up » et la crainte de troubles post-électoraux a commencé à gagner les esprits.

Elu en 2011 lors d’un scrutin organisé par la junte ayant renversé le charismatique Mamadou Tandja (1999-2010), M. Issoufou fait face à trois adversaires principaux: deux anciens Premiers ministres, Seïni Oumarou, de l’ex-parti du président Tandja, et Hama Amadou, ainsi que Mahamane Ousmane, premier président démocratiquement élu (1993-1996).

M. Amadou est incarcéré depuis novembre, accusé de trafic d’enfants dans un dossier de « droit commun » selon le pouvoir mais « politique » selon le candidat qui espère aller « de la prison à la présidence ».

« Si Issoufou gagne au premier tour, c’est qu’il a triché. Dans ce cas là, on va gréver (faire la grève) et il y aura bagarre », proclame sous couvert de l’anonymat un militant de Hama Amadou.

La campagne a été marquée par des échauffourées entre partisans du président et opposants. Elle a été précédée de l’arrestation de personnalités, de l’annonce d’un putsch raté par le pouvoir, et le fichier électoral est contesté.

La lutte contre la misère aggravée par les effets du réchauffement climatique est l’un des grands enjeux du scrutin.

Avec une démographie galopante due au plus fort taux de fécondité de la planète, le Niger fait face à la désertification de ses campagnes et à l’afflux de familles dans les centres urbains.

En 2016, deux millions de personnes auront besoin d’une assistance alimentaire, selon l’ONU.

– ‘On nie, on gère, c’est le Niger’ –

En outre, le Niger a dû multiplier par 10 ses dépenses de sécurité afin de contenir les attaques incessantes de Boko Haram et les menaces jihadistes dans un pays à 98% musulman où sont apparus des signes de radicalisation.

Le pays est aussi gangréné par la corruption. « On nie, on gère (magouille), c’est le Niger », résume un étudiant de l’université.

Ibrahim Yacouba, figure de la société civile et outsider du scrutin, réclame des « Etats généraux des ressources minières » (uranium, or, fer) qui « sont mal gérées » pour permettre au pays de se développer.

Le président Issoufou capitalise lui sur son bilan et veut poursuivre son programme « Renaissance ».

« J’ai tenu toutes mes promesses », assure-t-il, affirmant avoir construit routes, échangeurs, ponts et un chemin de fer attendu « depuis 60 ans ». Il dit avoir « créé des milliers d’emplois » et assuré « qu’aucun Nigérien ne meurt de faim » grâce à son programme « 3N » (Les Nigériens nourrissent les Nigériens).

En face, les principaux opposants ont signé un accord prévoyant d’appeler à voter pour celui d’entre eux qui sera le mieux placé au premier tour.

« Jamais un président nigérien n’a gagné au premier tour lors d’élections démocratiques », analyse le Dr Amadou Hassane Boubakar, juriste constitutionnaliste.

AFP

In the Spotlight

Vente de migrants en Libye : Le président nigérien réagit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Le sommet se tiendra en Côte d’Ivoire les 29 et 30 novembre. Selon l’Agence France Presse, le chef de l’Etat nigérien a personnellement demandé à son homologue ivoirien Alassane Ouattara que la question soit évoquée [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*