Non-paiement des bourses : bienvenu à l’avenue Cheikh Anta Diop, nouvelle zone de « guerre » !

Au moment où nous couchons ces lignes, des affrontements d’une rare violence ont lieu sur l’avenue Cheikh Anta Diop, à seulement quelques mètres du grande portail de l’université du même nom.

En gréve pour le non paiement de leur bourses d’étude, les étudiants de l’UCAD font face aux forces de l’ordre avec des jets de pierres. En répliques,les hommes en bleu ne font pas dans la demi mesure. Plus dune centaine de grenades lacrymogènes sont envoyés aux pensionnaires de l’Université.

Plein de stratagèmes, les étudiants font durer, avec les moyens du bord, cette confrontation. De plus, certains d’entre eux parviennent même à échapper à la vigilance des gendarmes pour lancer des tables au milieu de la route pour bloquer la circulation.

Une stratégie qui ne marchera cependant que quelques minutes avant qu’ils ne soient aperçus et chassés vers leurs bases. A près de 2 kilomètres à la ronde, l’air est irrespirable. Un brouillard épais pollue l’atmosphère, les jets de gaz lacrymogènes empêchent une bonne visibilité.

Et, après une vingtaine de minutes sans heurts et face aux insultes proférées par les étudiants à leur encontre, les gendarmes renouent avec les tirs pour disperser les grévistes qui sont désormais aux 3e et 4e étages de leur pavillons.

Pour votre sécurité, il vous est conseillé fortement de contourner l’avenue Cheikh Anta Diop. Les deux camps ne reconnaissent ni étudiants, ni gendarmes, autant dire que les passants ne sont pas épargnés.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*