Non-respect de la parité sur la liste de Touba : Fatou Sow Sarr minimise et charge les politiciens

Il ne faut pas compter avec le Caucus des femmes leaders pour combattre la liste non paritaire de Touba. Sa coordonnatrice s’en remet aux institutions qui sont en charge de juger. Cependant, Fatou Sow Sarr accuse les politiciens de vouloir «manipuler» les femmes, surtout en cette période électorale.

Le Caucus des femmes leaders n’entend pas faire de la liste non paritaire de Touba une de ses priorités. Fatou Sow Sarr, la coordonnatrice de cette structure, liste leurs «véritables» priorités : «Au sein du gouvernement, seulement 8% des fem­mes siègent en Conseil des ministres.

A l’Assemblée nationale, même si on en a un nombre respectable, des efforts restent à faire comme la formation des bureaux où la parité n’est pas respectée.» S’agissant de la liste non paritaire du khalife général des mourides pour les Locales du 29 juin, l’organisation féminine accuse «une certaine classe politique» de vouloir «entretenir la confusion en profitant de cette affaire de Touba».

«Il y a par exemple des frères et sœurs dans leurs listes. Et pourquoi ils n’en parlent pas ?», a dit Mme Sarr, qui rappelle, pourtant, que c’est interdit par le Code électoral.

«Ils ne critiquent pas par principe mais pour assouvir des ambitions politiques et personnelles», a-t-elle dénoncé hier, lors d’un séminaire d’évaluation de l’An 4 de la loi sur la parité au Sénégal. La sociologue considère que «la parité n’est pas une finalité, mais un moyen de promouvoir l’égalité des droits». 

«Quand j’entends le Pds sur le cas de Touba, je suis peinée»
Même son de cloche chez Fatou Diagne Senghor. «Avec la parité, on veut juste corriger des injustices sociales. Notre combat n’est pas un combat pour les femmes, mais pour la justice sociale», a déclaré la directrice de Article 19 en Afrique de l’Ouest.

Le Caucus des femmes leaders et Article 19, faisant allusion au cas de Touba, rappelle : «Nous respectons les spécificités du Sénégal qui a ses traditions et ses coutumes. Nous ne sommes pas pour une déstabilisation de notre pays. Cependant, des politiciens essayent de nous mettre en marge avec la société», fait remarquer Fatou Sow Sarr qui précise que les femmes veulent «juste participer au développement». Très remontée, elle ajoute : «Quand j’entends le Pds sur le cas de Touba, je suis peinée. C’est eux qui l’ont instituée comme ça. Aujourd’hui, ils accusent Macky Sall.»

  • Écrit par  Babacar Guèye DIOP

Stagiaire

In the Spotlight

Départ de ZUMA ! Par Ibrahima Sene Pit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Départ de ZUMA ! Le Vice Président de la République SUD Africaine, devenu récemment Président de l’ANC, parti majoritaire à l’Assemblée nationale, est devenu le remplaçant du Président ZUMA déchu! Paradoxalement, il ne s’est trouvé [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*