Nouveau Haut-commandant : Le Général Meïssa Niang, un gendarme fait maison

general-maissa_niangLe remplaçant du Général de corps d’armée Mamadou Guèye Faye a été longtemps son adjoint. Meïssa Niang connaît parfaitement la maison qui lui échoit, ayant eu longtemps à la superviser sous l’autorité de celui qui lui laisse la place. Mais on peut dire qu’il s’était aussi naturellement préparé à la fonction, ayant gravi les marches une à une jusqu’au sommet.

Du Général de division Meïssa Niang qui s’apprête à prendre la tête de la Gendarmerie sénégalaise, on pourrait dire qu’il a blanchi sous le harnais. Voici un officier qui a gravi pas à pas tous les échelons pour se hisser au sommet. Au-delà de son mérite personnel qui l’a conduit à son niveau de responsabilité, le chef de l’Etat a voulu aussi récompenser quelqu’un qui connaît très bien la Gendarmerie nationale, et dont la nomination au titre de Haut commandant et de directeur de la Justice militaire ne soulèvera certainement aucune vague de contestations, car en fait, en tant qu’adjoint de Mamadou Guèye Faye depuis longtemps, il avait déjà la main dans le commandement.
Comme le dit sa brève notice biographique, au 31 décembre de cette année, le nouveau Haut commandant de la gendarmerie aura totalisé 38 ans, deux mois et 18 jours de services. Pour quelqu’un qui aura à peine dépassé les 58 ans, il aura passé près des deux tiers de son âge à servir son pays à diverses responsabilités dans lesquelles il a engagé plus que sa vie, mais également son honneur.
Ancien élève du Prytanée militaire de Saint-Louis, il s’est destiné dès l’obtention de son Bac­calauréat à servir à travers le corps des gendarmes. La preuve, avant même de s’inscrire à la Faculté de droit de l’Université de Dakar, il a suivi les Cours de formation de la Gendarmerie sénégalaise qu’il a pu aller poursuivre en France, à l’Ecole de formation des officiers de gendarmerie de Melun. D’ailleurs, en matière de formation, le Général Meïssa Niang n’a pas fait preuve de demi-mesure, parce qu’il a enfilé des diplômes et des distinctions comme une brodeuse enfilerait des perles.
S’agissant de sa carrière proprement dite, depuis 1982, quand il s’est engagé et a été nommé officier adjoint au commandant du Premier escadron porté de la Lgi, il a servi en différents postes à travers le pays, allant de Diourbel à Dakar, en passant par la Casamance, où il a été en 2005 commandant de la Légion sud. Des missions de formation, aussi bien que la sollicitation de son expertise l’ont conduit en différents pays à travers le monde, couvrant quasiment tous les continents.
Plusieurs fois honoré de plusieurs médailles des Ordres sénégalais, le Général Meïssa Niang est également titulaire de décorations de la France, du Maroc et de l’Espagne. Il a été chargé des cours à l’Enam, ainsi qu’à l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale et à l’Académie internationale des hautes études de la sécurité.
Le Général Meïssa Niang, qui va bientôt prendre fonctions, est marié et père de famille.

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*