Nouvelle répartition des services de l’Etat : Mansour Faye bien servi

Désormais ministre du développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale, Mansour Faye a obtenu une très belle part dans la nouvelle répartition des services de l’Etat et du contrôle des établissements publics, des sociétés nationales et des sociétés à répartition publique entre la Présidence, la Primature et les ministères.

L’ancien ministre de l’hydraulique et frère de la Première Dame, Marième Faye Sall, va gérer plusieurs programmes de développement communautaires qui étaient pilotés par Souleymane Jules Diop, non reconduit dans le Gouvernement.

En effet, Mansour Faye va piloter désormais le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) dont le budget estimé à 113 milliards de francs Cfa et le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers fixé qui a un budget de 600 milliards de francs Cfa. De même, c’est lui qui gère le programme de modernisation des villes et la couverture maladie universelle qui était rattaché au ministère de la Santé et de l’action sociale. Des attributions auxquelles il faut ajouter la délégation générale à la protection sociale et le commissariat à la sécurité alimentaire.

La grande surprise du nouveau Gouvernement, c’est l’éclatement du ministère de l’économie, des Finances et du Plan en deux entités. Ainsi, le ministre du Plan et de la Coopération Amadou Hott devra gérer un département dépossédé des grands collecteurs de recettes que sont les Douanes, les Impôts et Domaines, la Comptabilité publique, le Trésor et le Budget, des services désormais aux mains d’Abdoulaye Daouda Diallo à la tête des finances et du budget.

Amadou Ba, qui migre aux affaires étrangères, contrôle désormais la Délégation générale au pèlerinage, le Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (FAISE), le bureau de coordination du comité permanent de l’OCI entre autres.

L’agence de l’informatique de l’Etat intégrée désormais au ministère de l’économie numérique et des télécommunications après la suppression du département de la promotion des investissements.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*