Offense au chef de l’Etat, trouble à la sécurité publique,… : Samuel Sarr prend une charge de 80 volts

Samuel Sarr et Karim WadeL’ancien ministre de l’Energie sous le régime de Me Wade,  Samuel Sarr, a été inculpé hier par le juge du 2ème cabinet pour manœuvres et actes de nature à troubler la sécurité publique, à attenter, à saper le moral des populations ; diffusion de fausses nouvelles et offense au chef de l’Etat. Pour ce dossier qui est allé en instruction, M. Sarr devra garder la prison au moins pendant 6 mois avant d’être édifié sur son sort.

Arrivé à la cave à bord d’un véhicule banalisé à 13H 15mn, le responsable libéral, emmitouflé dans un boubou traditionnel de couleur beige, a été d’abord entendu par le procureur de la République après 18 H. Et suite à un réquisitoire instructif d’instance adressé à la présidente du Tribunal régional de Dakar,  le sort de Samuel Sarr a été confié au juge d’instruction du 2ème cabinet, qui l’a entendu pendant une bonne heure en présence de ses avocats, Mes Madické Niang et El hadj Amadou Sall. 

Me Sall dira que «c’est pour des faits d’une banalité déconcertante» que son client a été inculpé. Et l’avocat de revenir sur les propos de son camarade de parti. «Il dit dans un texte qu’il a publié qu’il vient d’être informé, comme la plupart des Sénégalais, de ce que Macky Sall serait titulaire d’un compte dans un pays étranger qui accuserait  un solde en 2007 d’un montant de 7 milliards de francs».

A en croire l’avocat qui répondait aux questions des journalistes, «le document a été publié et Samuel Sarr l’a simplement commenté et s’est aussi interrogé également sur des avocats étrangers qui ont été grassement payés par le budget de notre Etat alors que des étudiants sont morts pour réclamer leur bourse».

C’est tout ce que Samuel Sarr a dit et écrit, martèle l’avocat selon qui, il y a lieu d’en informer les Sénégalais afin qu’ils apprécient si cette information est de nature à saper le moral des populations et à occasionner des troubles graves mettant en cause la sécurité de notre Nation. L’avocat renseigne aussi qu’il «reconnaît ce qu’il a fait et assume le papier qu’il a écrit et qu’il a publié sur sa page facebook».

De même poursuit Me Sall, «il accuse le régime de l’avoir pris en otage et se considère comme un prisonnier politique». Une idée qu’il partage avec  Samuel Sarr. «C’est un prisonnier politique parce qu’un prisonnier politique est un prisonnier d’opinion et Samuel Sarr est empoisonné embastillée pour avoir exprimé une opinion», dit-il. 

Déplorant l’absence de démocratie dans ce pays, la robe noire promet qu’ils useront des moyens de droit pour faire libérer leur client de prison. «Nous nous battrons avec les moyens de la loi et nous opposerons le droit à la force de l’Etat», promet-il, rappelant que Samuel est en bonne santé et qu’ils accuseraient les autorités de tout ce qui pourrait lui arriver. 

Dans un article publié sur son compte facebook, Samuel Sarr a accusé le chef de l’Etat de s’être enrichi illicitement. Il a par ailleurs publié un relevé de compte bancaire attribué à Macky Sall d’un solde de 7 milliards en 2007 alors que ce dernier était Premier ministre.

  • Écrit par  Justin GOMIS

justin@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*