ONU: Vote sur Gaza à l’ONU. Michael Oren et l’envoyée française se querellent

– L’élu a accusé Paris “d’hypocrisie” pour son soutien à une “résolution antisémite”. Hélène Le Gal a demandé si Oren l’avait simplement lue, affirme qu’il a “insulté la France”

Le vice-ministre israélien Michael Oren a critiqué samedi la France pour le soutien apporté par le pays à une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU à Gaza, disant que Paris était hypocrite pour son appui donné à « une résolution antisémite ».
Les commentaires faits par Oren sur Twitter ont suscité l’indignation de l’ambassadrice française en Israël, Hélène Le Gal, qui a accusé Oren de ne pas avoir lu la résolution et d’avoir « insulté la France ».
Vendredi, les Etats-Unis ont mis leur veto à un projet de résolution présenté devant les Nations unies par les pays arabes appelant à ce que soient mises en place des mesures de protection pour les Palestiniens et qui a été soutenu par dix pays du Conseil de sécurité. Une résolution américaine condamnant le Hamas a également échoué.
« Loués soient les Etats-Unis qui ont mis leur veto à une résolution du Conseil de sécurité sur Gaza qui ne mentionnait pas le Hamas et condamnait l’armée israélienne parce qu’elle défend Israël », avait tweeté Oren, vice-ministre du bureau du Premier ministre également en charge de la diplomatie.
« La France devrait avoir honte de l’avoir soutenue. Le gouvernement français ne peut dire qu’il est contre l’antisémitisme et voter cette résolution antisémite », avait ajouté Oren, ancien ambassadeur à Washington.
« Vous devriez avoir honte, M. Oren, d’insulter la France à la veille de la visite de votre Premier ministre à Paris », a-t-elle riposté sur Twitter.
« Vous n’avez pas lu la résolution. Elle n’était pas parfaite mais elle condamnait toutes les violences contre Israël. La France soutient avec ferveur la sécurité d’Israël ».
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit se rendre à Paris et à Berlin la semaine prochaine, avec des entretiens qui devraient se focaliser sur l’Iran.
A l’ONU, la France, la Chine et la Russie ont fait partie des pays ayant voté en faveur du projet de résolution présenté par le Koweït au nom des pays arabes. Quatre pays, l’Ethiopie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Pologne se sont abstenus.
Un projet de résolution doit recueillir neuf votes pour être adopté au sein du Conseil de sécurité constitué de 15 membres, sans qu’un veto ne soit opposé par les cinq membres permanents – le Royaume-Uni, la Chine, la France, la Russie et les Etats-Unis.
L’ambassadrice américaine Nikki Haley avait indiqué au Conseil que la mesure était « très largement inexacte dans sa caractérisation des récents événements à Gaza » en condamnant Israël pour les violences.
Le texte rédigé par le Koweït réclamait des « mesures pour garantir la sûreté et la protection » des civils de Gaza et de la Cisjordanie et réclamait un rapport de l’ONU qui proposerait un « mécanisme de protection international ».
Les Etats-Unis, pour leur part, avaient présenté leur propre projet de résolution au Conseil : Une proposition qui condamnait le Hamas pour l’escalade des violences à Gaza au cours des deux derniers mois.
Les Etats-Unis ont été le seul pays à voter en faveur de cette résolution au Conseil de sécurité. Onze pays se sont abstenus tandis que la Bolivie, le Koweït et la Russie s’y sont opposés.
L’envoyé israélien à l’ONU, Danny Danon, a déploré l’échec de cette motion de Washington, disant que « la paix et la stabilité ne s’installeront dans notre région que lorsque la communauté internationale sera suffisamment courageuse pour désigner les terroristes par leur nom ».
Il a condamné la résolution « hypocrite » du Koweït qui ne « mentionne même pas les terroristes du Hamas comme étant à la racine de ces violences et de ces agitations dans notre région ». Néanmoins, a-t-il affirmé, « les règles du jeu sont en train de changer au sein du Conseil de sécurité et la règle du deux poids, deux mesures ne sera pas tolérée ».
C’est la seconde fois que Haley a recours au veto américain pour bloquer une mesure concernant le conflit israélo-palestinien aux Nations unies.
Au mois de décembre, Haley avait mis son veto à une résolution qui rejetait la décision américaine prise par le président Donald Trump de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, alors que les 14 autres membres du Conseil de sécurité la soutenaient.
En deux mois de manifestations massives à la frontière avec Gaza, environ 110 Palestiniens ont été tués et des milliers d’autres blessés par des tirs militaires israéliens. Des douzaines de victimes étaient membres de groupes terroristes, ont reconnu le Hamas et le Jihad islamique palestinien. L’Etat juif a affirmé que ses soldats défendaient la frontière et il a accusé le Hamas de tenter de commettre des attentats sous couverture du mouvement de protestation.
Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont également bombardé le sud d’Israël à l’aide de roquettes et d’obus de mortier, mardi, et Israël a riposté en frappant des cibles à travers la bande de Gaza. Le Hamas avait dit, mercredi, qu’il avait convenu d’un cessez-le-feu avec Israël.
L’Etat juif et le Hamas sont ennemis et ils se sont affrontés au cours de trois guerres depuis que le groupe islamique a pris le contrôle de Gaza en 2007. Le Hamas cherche à détruire Israël et il a indiqué que les manifestations à la clôture de sécurité avaient pour objectif d’effacer la frontière et de « libérer la Palestine ».
https://fr.timesofisrael.com/

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*