OUATTARA JOUE AUX BONS OFFICES ENTRE WADE ET MACKY Au cœur du «protocole d’Abidjan»

Les faucons de la mouvance présidentielle risquent d’être surpris par la tournure des événements. Du moins, si l’on en juge par des indiscrétions, comme quoi l’étau judiciaire va se desserrer autour des dignitaires libéraux sous le coup de la loi sur l’enrichissement illicite. Les médiations, d’ici et d’ailleurs, auront, sans aucun doute, fait leurs effets.ouattara et nos ex act presi

Le dossier politico-judiciaire sur la traque aux biens supposés mal acquis connaitra, sous peu, son épilogue. Telle est «l’intime conviction» d’une source qui est «au cœur des tractations entre le chef de l’Etat, Macky Sall, et son prédécesseur à la tête de l’Etat du Sénégal, Me Abdoulaye Wade». Pour preuve, notre interlocuteur rappelle la sortie, depuis Abidjan, de l’ancien président de la République, qui soutenait, mordicus, que «son fils sera bientôt libre, car il n’a rien fait». Même s’il est hasardeux, croient savoir nos sources, d’avancer, à l’heure actuelle, une quelconque date pour «la libération du plus célèbre des détenus, en l’occurrence Karim Wade», il va naturellement de soi que «les négociations qui se mènent ont mis sur la table un package qui intègre tous les prisonniers et potentiels inculpés dans le cadre des enquêtes diligentées par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei)». Autrement dit, «des pas de géant ont été franchis depuis Abidjan, avec la bienveillante implication du Président Alassane Ouattara».

Faisant sien le vieil adage, comme quoi la diplomate ne se fait pas sur la place publique, notre interlocuteur, un tantinet cachottier, pour ne pas dire très avare en paroles, consent, tout de même, à lâcher : «je puis vous assurer que certains va-t-en-guerre vont se réveiller, un de ces quatre matins, avec la gueule de bois ; car ce dossier est politique et se règlera par la politique.» Se pose, dès lors, une question centrale : «comment l’Etat pourra-t-il s’y prendre pour passer ce dossier chaud par pertes et profits ?» A cette interrogation, nos interlocuteurs, qui ont fait le déplacement d’Abidjan sur invitation de Me Wade, d’y aller de leurs confidences : «vous pensez que la décision du pouvoir d’aller, après l’avoir pourtant refusé, dans le sens de mettre en place une Haute cour de justice pour connaitre des délits reprochés aux dignitaires libéraux est sortie du néant». Comme quoi, «des actes seront posés, le temps que les décisions idoines soient prises pour faire bénéficier aux anciens ministres du fameux privilège de juridiction». Mieux, nos sources martèlent, à l’envie, que «le premier trimestre de 2014 sera décisif dans la résolution de ces dossiers judiciaires qui ont fini de vicier l’atmosphère au Sénégal». Wait and see.

«Karim Wade restera au Sénégal pour se battre»

«Si les négociations entre le pouvoir et Me Wade trainent encore, c’est parce qu’elles achoppent sur le cas Karim Wade «qui a décidé de rester au Sénégal». Ce dernier, contrairement aux requêtes posées sur la table (laisser la politique et s’exiler), a pris l’option définitive et irréversible de se battre, au prix de sa vie, pour prouver son innocence et se donner les moyens légaux de prendre le pouvoir pour donner corps à son ambition pour le Sénégal», renseigne, la main sur le cœur, un de nos interlocuteurs. Et d’ajouter : «tout cela pour vous dire que les rumeurs distillées ici et là -du genre Oumar Sarr est combattu et Diagne Fada suspecté de trahison- ne sont sorties que de l’imagination fertile de personnes qui veulent aller à l’encontre de cette nouvelle dynamique de reconquête du pouvoir». En langage décodé, même s’il arrivait, par extraordinaire que le contrôle du Parti démocratique sénégalais (Pds) lui échappe, après un congrès tenu dans les règles de l’art, Karim Wade, qui publiera un livre sur sa «Vision du Sénégal», n’écarte pas l’éventualité de faire cavalier seul, en mettant sur pied sa propre formation politique et capitaliser la sympathie dont il bénéficie depuis son incarcération de la part de ses compatriotes. «Ce qui ne signifie pas qu’il va quitter le Pds qui est sa famille naturelle», précisent nos sources.

Papa Souleymane KANDJI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*