OUEST FOIRE, NORD FOIRE, GOLFE SUD…, CES «POINTS CHAUDS» Le calvaire de ses habitants

eau_penurie_1Une pénurie d’eau s’est installée en cette période de ramadan à Dakar. Cependant, elle était déjà présente à Ouest foire, Nord foire, Golfe sud, entre autres. Les habitants de ces quartiers appelés «points chauds» étalent leur calvaire et sollicitent de l‘aide des autorités.

Les coupures d’eau font rage dans les quartiers de Dakar. Toutefois, il faut relever qu’un tel calvaire est loin d’être une nouveauté dans beaucoup de quartiers, notamment ceux, communément appelés «points chauds», qui, depuis des lustres, peinent à disposer convenablement du précieux liquide.
C’est le cas de Nord foire, Ouest foire, Liberté 6 Extension, Golfe Sud, entre autres.
En effet, contrairement aux autres quartiers, ces points chauds sont la plupart du temps privés d’eau. C’est ce que nous explique Fatou une habitante de Nord foire : « J’habite ici depuis plusieurs années, pour avoir de l’eau, je dois me lever vers trois heures du matin », affirme-t-elle. Et de poursuivre : « Si je ne me lève pas à cette heure, je risque de ne pas avoir d’eau parce qu’à partir de six heures, dès fois même dés cinq heures, il n’y a plus d’eau ».
Ces propos résument l’état dans lequel se trouvent de nombreuses familles de ce quartier. Notamment la famille Diouf : «Ces coupures nous coûtent beaucoup», déclare Pape, le chef de famille. Et d’ajouter: «la situation qui prévaut à Nord Foire n’est plus une pénurie parce qu’une pénurie, on la règle. Mais ce que nous, nous vivons, c’est pire que ce que vous pouvez imaginez. Car, moi, qui habite au deuxième étage, je peux rester deux à trois jours sans une seule goutte venant des robinets ».
A la cité Damel, juste en face, la situation n’est guère différente. En effet, selon cet agent immobilier, les affaires pâtissent de cette situation dans leur quartier : « Mes locataires sont entrain de déménager parce qu’ils ne supportent plus cette situation et ils ont raison, clame-t-il. Ils ne peuvent pas payer cher leur loyer, ne pas avoir d’eau et en plus de ça, payer cher leur facture d’eau. C’est inadmissible !».
Adama est de son avis. Selon elle, cette situation leur porte préjudice non seulement au niveau financier, mais aussi au niveau de la santé : « On est obligé, si on n’a pas eu le temps de remplir nos bassins, d’aller en demander dans d’autres quartiers et cela peut causer des douleurs de poitrine et à la longue, ça peut causer beaucoup d’autres désagréments ».
A Ouest Foire, la situation est un peu différente comme nous l’explique Abdou Ndiaye, habitant du quartier : « Là où nous nous trouvons (ndlr du coté de la station foire), en période normale, l’eau revient vers 21h, mais ça a changé depuis quelques temps. Mais, si tu vas à l’intérieur du quartier, du coté du rond point, l’eau ne vient que tard la nuit. Et ceci même en temps normal ».
La situation qui prévaut dans ces «points chauds» est calamiteuse. En effet, comme l’affirme Abdou Ndiaye : « C’était difficile même quand il ne faisait pas chaud. Mais si la période de chaleur coïncide avec le Ramadan, cela devient insupportable. C’est pourquoi, nous lançons un appel pour qu’une solution soit trouvée à ce calvaire »

Ousmane Demba KANE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*