PANNE A L’USINE DE KEUR MOMAR SARR Le directeur de technique de la Sde liste les péchés de la Sones

sdeLa Sones est la seule et unique responsable dans la pénurie d’eau qui frappe le pays depuis une quinzaine de jours. Car, d’après le directeur technique et du développement de la Sde, qui s’exprimait à « Remue-ménage », la pièce à l’origine de la panne n’a pas été confectionnée en usine.

D’après les explications, d’Aladji Dieng, la pièce tombée en panne est une pièce en acier incorporée dans la conduite en fonte. Elle a été posée en 2004 mais déjà en 2009, elle est tombée en panne. Et deux autres ont été enregistrées avant celle-ci qui est à l’origine de la pénurie d’eau.

Pour le directeur technique et du développement de la Sde, si la pièce installée par la Sones a enregistré autant de pannes, c’est parce qu’elle ne répond pas aux normes. « Elle n’a pas été conçue en usine quand on voit la manière dont elle été soudée », a soutenu M. Dieng.

Pis, il accuse la Sones de n’avoir pas fourni à la Sde, le certificat de conformité après l’achat de la pièce. «  Une conduite chargée de fonctionner à 20 bars, doit subir un test. On l’a demandé mais on a pas eu le test jusqu’à présent  », s’est désolé le technicien.

Sur sa lancée, il a rappelé que la Sones a été alertée depuis le mois de mars dernier et celle-ci avait prévu de renouveler la pièce dans le cadre de son budget d’investissement de 2014. Quand ?

M. Dieng a souligné que c’est lorsque la fuite est survenue que la Sones a pensé réellement à renouveler la pièce défectueuse.

CONTRATS D’AFFERMAGE: Pape Sadio Thiam pointe du doigt un marché de dupe

NETTALI.NET- Au-delà de la pénurie d’eau, la panne survenue à l’usine de Keur Momar Sarr, pose en toile de fond, le problème de la qualité de nos infrastructures. C’est l’analyse faite par Pape Sadio Thiam, invité de l’émission « Remue-ménage » et qui invite à la révision du contrat d’affermage.

Le communiquant ne comprend pas qu’une pièce prévue pour 30 ans, puisse se dégrader en 9 ans. C’est pourquoi, il estime que nos gouvernants doivent être beaucoup plus regardants sur la qualité de nos infrastructures.

« La qualité des infrastructures réduit les charges de production et augmente la productivité. Les infrastructures ont une place centrale dans notre stratégie de développement national », souligne-t-il.

A ses yeux, cette situation illustre le marché de dupe dans les contrats d’affermage. C’est pourquoi, M. Thiam estime les contrats méritent d’être revisités pour l’intérêt de l’Etat du Sénégal et des consommateurs, dans la mesure où 65% du monde rural n’ont pas d’eau potable.

Pour lui, cette révision doit prendre en compte les inégalités sociales et l’intérêt des consommateurs.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*