Panne de l’unique appareil de radiothérapie du Sénégal : les aveux d’ Awa Marie Coll SECK

Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l`action sociale.
Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l`action sociale.

Panne de l’unique appareil de radiothérapie du Sénégal : les aveux d’ Awa Marie Coll SECK

Les malades atteints du cancer et devant bénéficier de la radiothérapie doivent prendre leur mal en patience. 

Le retour à la normale est programmé pour 5 voire 6 mois. L’annonce est du ministre de la Santé qui faisait le point hier sur cette panne. 

Ce n’est pas encore le bout du tunnel pour les malades atteints du cancer et devant bénéficier de la radiothérapie. Pour cause, c’est en juin prochain que les choses rentreront dans l’ordre. C’est l’annonce faite, hier, lors d’une conférence de presse, par le ministre de la Santé et de l’Action sociale. 

«Je regrette que cette panne soit survenue avant l’arrivée des deux accélérateurs de particule pour Dalal Jamm prévue au mois de décembre. C’est ce qui a engendré le décalage des prévisions que nous avions faites. Sachez qu’il y avait une planification très claire qui avait été faite concernant ce sujet. 

Ces appareils arrivent au mois de juin prochain», informe Awa Marie Coll Seck. «La fabrication peut prendre quatre mois, le transport un mois et l’installation également, un mois. Ce qui fait un total de six mois. Mais nous sommes en train de tout faire pour réduire les délais», ajoute-t-elle.

«Nous avons une période difficile à gérer en temps de crise. (…) Il faut une union sacrée pour traverser ces 4 à 5 mois», a, pour sa part, souligné Dr Abdou Aziz Kassé, cancérologue.

Awa Marie Coll Seck a profité de l’occasion pour sensibiliser sur les risques du cancer. «Il faut beaucoup mettre l’accent sur la sensibilisation, surtout la prévention et le dépistage précoce de la maladie. Parce que les cancers arrivent. Il faut qu’on arrive à trouver un frein, les chiffres dont on entend parler sont des chiffres qui font peur. L’Oms a parlé de 14 millions de nouveaux cas par année et dit que cela va augmenter. Donc, il faut qu’on arrête cette chaine», a-t-elle détaillé.

Sur l’option d’envoyer les malades au Maroc, elle précise n’éprouver aucune gêne sur la question. «Nous n’avons pas honte d’envoyer des malades au Maroc parce que c’est une mesure d’urgence», dit-elle.

Occasion qu’elle saisira pour souligner que l’Etat a pris toutes ses responsabilités pour entièrement prendre en charge l’évacuation au Maroc de tous les malades du cancer sélectionnés par une commission pluridisciplinaire afin de bénéficier d’un traitement par radiothérapie. «Déjà, trois malades sont partis.

Cette semaine, six autres malades vont partir», informe-t-elle, précisant que «des négociations sont également ouvertes avec la Mauritanie et le Mali pour pouvoir y envoyer des malades pour des séances de radiothérapie».

WALF

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*