Parrainages: L’opposition saisit la Cour suprême

23 candidats de l’opposition, regroupés autour du Collectif des C23, rejettent les procès-verbaux du Conseil constitutionnel. Face à la presse, le C23 dénonce un coup de force électoral de Macky Sall et appelle à la mobilisation et à la résistance du Peuple. Le collectif des 23 candidats de l’opposition C23 est amer après le rejet des candidats qui n’ont pas rempli les conditions des parrainages d’électeurs récoltés. « Le Conseil constitutionnel, en ces circonstances, a foulé aux pieds les principes universels qui fondent toute justice respectable », dénonce Thierno Alassane Sall, porte-parole du jour. Il indique qu’un expert informaticien ainsi qu’un logiciel ont été retenus pour traiter des fichiers électroniques remis par les candidats, sans aucune certification indépendante par un organisme dûment habilité pour en garantir l’objectivité, la neutralité et l’efficacité. Pis, signale-t-il, le fichier de référence servant à invalider les parrainages est inconnu des candidats et de leurs représentants. « Les représentants des candidats n’ont jamais été mis en situation de pouvoir vérifier le bien-fondé des non conformités qui leur ont été opposées, par exemple en disposant d’un terminal approprié qui leur permettrait de suivre le traitement opéré », s’offusque-t-il. Avant d’ajouter : «Ce ne sont pas les juges, qui ne disposent d’aucune expertise en informatique, qui apprécient, mais un expert soutenu par les techniciens de l’ADIE et de la DAF». « Ces experts, en dépit de la mise en scène que constitue la mise sous plis fermés des clés renfermant les fichiers, ont pu dès le moment du dépôt des dossiers, copier l’ensemble des données y enregistrées puisque lesdites clés ont été en ces circonstances connectées à leurs ordinateurs », a-t-il révélé, dénonçant la liste longue des manquements graves qui remettent en cause la Démocratie et les fondements d’une bonne Justice au Sénégal. A en croire Thierno Alassane Sall, le C23 a commis des avocats pour engager l’ensemble des actions appropriées et va saisir la Chambre administrative de la Cour Suprême. Appel à la résistance et à l’insurrection L’opposition ne compte pas seulement porter le combat sur le terrain judiciaire. « Cette lutte ne saurait se limiter que sur le seul terrain judiciaire.» Car c’est d’une noire et opaque voile de dictature que Macky Sall veut couvrir sur le Sénégal, embastillant ou exilant qui lui déplaît, modifiant des dispositions substantielles du code pour rompre l’équilibre des candidats. En effet, des ressources considérables de l’Etat ont été mobilisées (DER, bourses de sécurité familiale, etc.) pour siphonner le maximum de parrainage au profit du candidat sortant. En dépit de tout, et parce qu’il est largement décrié dans le pays, les candidats de l’opposition ont pu, en grand nombre, mobilisé le nombre de parrainage requis sur la base de cartes d’identité valides. Alors intervient cette machination en cours pour en écarter le plus grand nombre. Le C23, constatant comme le Peuple souverain que les acquis démocratiques sont en train d’être dévoyés pour préparer un coup de force électoral, en appelle à la mobilisation et à la résistance du Peuple. Cette mobilisation doit s’intensifier dès demain, 3 janvier, à l’occasion de l’audience à la Cour suprême, consacrée au Procès de Khalifa Sall. «Depuis quelques années se dévoilent sous nos yeux les différentes séquences d’un plan «Mackyavélique» conçu aux seules fins de donner à Macky Sall un improbable second mandat», dénonce le C23. Qui signale que la mise à l’écart programmée de challengers sérieux à la Présidentielle de 2019 fut un des premiers jalons de cette aventure dangereuse.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*