PATHE DEMBELE SUR LE PIETRE RESULTAT DE MACKY SALL EN FRANCE: « AHMETH SARR EST LE SEUL RESPONSABLE DE CE FIASCO »

Macky Sall, qui a pourtant donné beaucoup d’agent aux responsables de son parti en France pour qu’ils créent les conditions de sa victoire à la présidentielle, a obtenu un score loin, très loin de son objectif (70%). Moins de 50% des suffrages. La faute à Ahmeth Sarr, qui a été incapable des mettre ses équipes dans les meilleures conditions de travail, accuse Pathé Dembélé, coordinateur adjoint de la section APR de Saint-Ouen. Visiblement très déçu par la gestion opaque des fonds de campagne, il exige que les responsables de la mouvance présidentielle organisent rapidement une assemblée générale pour faire le bilan.
Infos15 : Macky Sall est sorti victorieux de la présidentielle en France, mais beaucoup de responsables de l’APR ne sont pas satisfaits du résultat. Est-ce votre cas ?
Pathé Dembélé : Tout à fait. Je suis profondément déçu du piètre résultat du candidat de la mouvance présidentielle en France. Ma déception est d’autant plus grande que Macky Sall a mis beaucoup de moyens financiers à la disposition des responsables du parti. Le pire, c’est que nous qui étions sur le terrain, n’avons rien reçu. Nous avons débuté notre campagne de proximité le 4 février, à Paris et dans toute l’Ile-de-France. Nous avons visité quarante-neuf foyers de travailleurs immigrés, du treizième étage au rez-de-chaussée. Nous avons plusieurs fois croisé les équipes d’Ousmane Sonko dans des foyers. Ayant constaté qu’elles étaient en train d’abattre un excellent travail, nous avons jugé nécessaire d’en informer les responsables du directoire de campagne en leur proposant surtout de changer de stratégie. Mais ils n’ont accordé aucun intérêt à notre propos. Pire, ils ont sous-estimé les capacités de mobilisation des équipes de Sonko. Les résultats du scrutin du 24 février ont été un cinglant démenti pour eux. Car Ousmane Sonko a littéralement talonné notre candidat. J’avais une nouvelle fois alerté les responsables sur le travail gigantesque que les équipes de Sonko étaient en train d’abattre aux foyers de Colomb et de Bobigny. Cette fois encore, ils n’ont accordé aucun intérêt à mon propos. Pour plus d’efficacité, nous avions formé trois équipes pour investir les foyers. En cour de route, une des équipes a désisté faute de moyen. Les gens travaillaient jusque tard dans la nuit sans manger, sans avoir les moyens d’acheter un ticket de transport pour rentrer. Nous avons tout fait, mais Ameth Sarr et son équipe ont catégoriquement refusé de répondre positivement à nos sollicitations arguant que le président n’avait pas mis suffisamment de moyens à leur disposition. Le pire est que tout le monde savait que c’était faux, que Macky Sall avait mis beaucoup d’argent. Honnêtement, j’estime que notre candidat ne mérite pas cette ingratitude de la part de nos dirigeants. Il y a eu plus de cent vingt nominations, ici, en France. Donc, les responsables du parti devaient fortement mouillé le maillot pour gagner à hauteur de 65%, malheureusement on avait l’impression qu’ils ne cherchaient qu’à faire main basse sur le budget de campagne.
Concrètement, à qui la faute ?
Sans aucun doute, Ahmeth Sarr est le seul responsable de ce fiasco. C’est lui le coordinateur national, c’est lui aussi qui a installé les comités électoraux. Pire, la machine électorale a démarré sur le tard. Ce n’est pas tout, l’organisation était chaotique, le transfert de militants était incompréhensible, j’ai vu des électeurs du 20ème arrondissement de Paris qu’on avait envoyé voter à Lille. Il faut que le président Macky Sall comprenne une chose : il y a des responsables qui jouent la comédie avec lui. S’il est là, ils s’agitent et font preuve de zèle, dès qu’il tourne le dos, ils ne font rien pour le rayonnement du parti. Ce piètre résultat devrait finir de le convaincre que beaucoup de responsables du parti ne travaillent pas. Si Moïse Sarr ne nous avait pas trouvé deux minibus, la situation serait catastrophique. Il m’a donné un véhicule et un autre à Samba Camara. Grâce à ces deux minibus, nous avons assuré le transport de beaucoup de militants vers le centre de vote. Les responsables du parti avaient dit aux militants que les bus allaient venir à neuf heures. C’est vers onze heures qu’ils étaient finalement arrivés. Entre-temps les gens étaient découragés, certains ont renoncé à aller voter. Mécontents, d’autres ont pris le métro et ont voté contre Macky Sall.
Concrètement, qu’est-ce qui doit être fait maintenant ?
Ce qui doit être fait rapidement, c’est le bilan. Mais Ahmeth Sarr et son équipe ne veulent pas en entendre parler. Dans les panels, c’est la principale exigence des militants. Mais dès que le débat est posé, ils prennent la poudre d’escampette. Il faut ensuite dégommer ces incompétents et les remplacer par des gens capables de conduire le parti à bon port. Les compétences ne manquent pas. Le président doit rapidement sévir, c’est mon souhait et je pense aussi que c’est le souhait de l’écrasante majorité des militants. Nous souhaitons aussi qu’il reçoive les militants et échange directement avec eux pour avoir des informations complètes sur ce qui s’est passé avant et pendant la campagne. S’il ne fait rien, les élections législatives vont être catastrophiques. Franchement, je n’ai jamais vu une campagne électorale aussi mal pilotée, c’est la pire des campagnes.


Recueillis par Cheikh Sidou SYLLA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*