Pays-Bas. L’auteur présumé de la fusillade d’Utrecht a été arrêté

Après une fusillade qui a fait trois morts et cinq blessés à Utrecht, au Pays-Bas, ce lundi matin, les policiers ont arrêté le principal suspect. La police néerlandaise a arrêté un homme soupçonné d’être l’auteur de la fusillade qui a fait trois morts lundi matin 18 mars à Utrecht, dans le centre des Pays-Bas, annonce la radio-télévision néerlandaise. Le suspect a été identifié par la police sous le nom de Gokmen Tanis, un homme de 37 ans né en Turquie. Selon le parquet néerlandais, les mobiles du tireur sont encore flous, mais il pourrait s’agir d’un différend familial. Alors que l’enquête se poursuit, le Premier ministre Mark Rutte a affirmé qu’on ne peut « exclure » d’autres motifs, notamment une dispute familiale. « Il y a beaucoup de questions et de rumeurs », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à La Haye. « Quel est le motif, terroriste ou autre, nous ne le savons pas encore, mais nous ne pouvons rien exclure », a-t-il ajouté. Le dispositif de sécurité renforcé Ce lundi matin, un homme armé a ouvert le feu dans un tramway d’Utrecht, faisant au moins trois morts et cinq blessés, dont trois sont dans un état grave, ont indiqué les autorités. Tout au long de la journée, la sécurité dans les aéroports et les bâtiments clés du pays, notamment les mosquées, a été renforcée et la municipalité d’Utrecht, dans le centre des Pays-Bas, a conseillé aux écoles de la ville de fermer leurs portes et aux habitants de « rester à l’intérieur ». Dans la matinée, un homme a ouvert le feu dans un tramway du centre de cette ville, l’une des plus importantes du pays. Trois personnes ont été tuées et cinq blessées, selon la police et le maire Jan van Zanen, qui avait dans un premier temps évoqué neuf blessés. En début d’après-midi, les autorités ont rendu publique la photo d’un homme aux cheveux courts portant un blouson bleu, tirée d’une caméra de vidéosurveillance du tramway. La piste terroriste reste privilégiée par les autorités « La police recherche Gokmen Tanis, 37 ans (né en Turquie) en lien avec l’incident de ce matin », indique la police d’Utrecht sur Twitter, enjoignant au public de « ne pas l’approcher ». Cet homme a été interpellé en fin d’après-midi. « On vient de nous informer que le suspect a été arrêté », a annoncé le chef de la police d’Utrecht Rob van Bree, lors d’une conférence de presse. Le niveau de menace terroriste, porté à Utrecht après l’attaque à cinq, son plus haut niveau, a été abaissé, a affirmé le directeur de l’agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV), Pieter-Jaap Aalbersberg, confirmant l’interpellation du « principal suspect ». Dans l’après-midi, des dizaines de policiers armés avaient encerclé un immeuble à quelques centaines de mètres des lieux de la fusillade, sans que l’on sache si le suspect s’y trouvait, a constaté un journaliste de l’AFP. La campagne pour les élections locales suspendues « S’il l’a fait, il faut qu’il soit puni », a déclaré à l’agence de presse turque DHA Mehmet Tanis, le père du suspect. Ce dernier a expliqué être rentré en Turquie à l’issue de son divorce en 2008 et, depuis, ne plus avoir eu de contact avec son fils, resté vivre aux Pays-Bas avec sa mère. M. Tanis, qui vit dans la province de Kayseri, au centre de la Turquie, a affirmé que son fils « n’avait pas un comportement agressif » à l’époque où il était toujours en contact avec lui. Mais « que s’est-il passé? Qu’a-t-il vécu? Je n’en sais rien du tout », a-t-il reconnu. « Nous ne céderons pas face à l’intolérance », a affirmé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, lors d’une conférence de presse à La Haye. « Un acte de terrorisme est une attaque contre notre civilisation, contre notre société tolérante et ouverte », a-t-il déploré.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*