Pérou : L’ex-président, ancien dictateur, demande pardon au peuple depuis son lit d’hôpital

Depuis son lit d’hôpital, l’ex-président péruvien Alberto Fujimori a demandé mardi «pardon» pour les actes commis par son gouvernement (1990-2000), deux jours après une grâce controversée accordée par le chef de l’État Pedro Pablo Kuczynski, qui a déclenché des manifestations de rue.

«Je suis conscient que les résultats sous mon gouvernement ont, en partie, été bien accueillis, mais je reconnais que j’ai également déçu une partie de mes compatriotes. Je leur demande pardon du fond du coeur», a déclaré Fujimori, 79 ans, condamné à 25 ans de prison pour corruption et crimes contre l’humanité, dans une vidéo publiée sur Facebook.

Il a été transféré de la prison à l’hôpital samedi après avoir souffert d’hypotension artérielle et d’un rythme cardiaque irrégulier, le dernier d’une série d’hospitalisations.

Dans la vidéo, Fujimori était allongé sur un lit d’hôpital, avec un brassard de pression artérielle sur son bras droit et un autre moniteur relié à son index gauche.

Aux cheveux gris et avec des poches sous les yeux, il parlait clairement, regardant directement dans la caméra mais aussi ayant l’air de quelqu’un qui lisait un texte préparé.

Dimanche, Pedro Pablo Kuczynski lui a accordé une grâce «humanitaire», alors qu’il s’était engagé durant sa campagne électorale de 2016 à ne pas le libérer.

Cette décision a provoqué une crise politique au Pérou contre le président, qui venait jeudi d’éviter une destitution par le Parlement, après avoir reçu le soutien d’une partie du fujimorisme, mouvement politique fondé par l’ex-homme fort du Pérou, pourtant dans l’opposition.

Plus de 5.000 Péruviens ont manifesté lundi soir à Lima pour dénoncer la grâce accordée à Fujimori et exiger la démission de «PPK» (acronyme et surnom de Pedro Pablo Kuczynski), qu’ils accusent d’avoir négocié politiquement cette mesure.

Le chef de l’État s’en est défendu lundi, assurant vouloir ainsi réconcilier le pays et éviter que M. Fujimori meure incarcéré.

«Je suis convaincu que, si nous nous sentons démocrates, nous ne devons pas permettre qu’Alberto Fujimori meure en prison, car la justice, ce n’est pas la vengeance», a déclaré M. Kuczynski dans un message à la nation lundi soir. Et d’ajouter: « Il s’agit de la santé et des chances de vie d’un ancien président du Pérou qui, ayant commis des excès et des erreurs graves, a été condamné et a déjà purgé 12 ans de prison », a-t-il dit.

afrikmag

In the Spotlight

Italie: Bruno Le Maire remis à sa place par Matteo Salvini

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La future coalition gouvernementale italienne a annoncé des mesures anti-austérité qui ont notamment fait réagir le ministre français de l’Economie et des Finances. Après avoir mis en garde Rome, Bruno Le Maire a reçu une [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*