PETITE ENFANCE – Annonce du Pm Mimi Touré : Construction de 1 000 cases des tout-petits à l’horizon 2017

La Semaine de la petite enfance, placée cette année sous le signe des «collectivités locales au service de la petite enfance», a été close samedi au Grand Théâtre national. D’ambitieux programmes ont été déroulés pour ce sous-secteur de l’éducation par le Premier ministre.

Parfois négligée, la formation dans le secteur de la petite enfance peut pourtant avoir des impacts positifs sur le développement. D’après une étude citée par la directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits, le retour sur investissement en matière de développement de la petite enfance dans différents pays se situe entre 3 et 17 dollars pour 1 dollar investi.

Cela est donc une motivation supplémentaire dans la promotion de la politique nationale de développement intégré de la petite enfance déroulée lors de la Semaine nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits.

«Ce concept renvoie à une prise en charge holistique et intégrée du jeune enfant à travers un paquet de services portant sur l’éducation, la santé, la nutrition, l’assainissement, l’environnement, la religion et l’éducation parentale», a expliqué la directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits (Anctp), Marie Thérèse Faye Diouf, samedi au Grand Théâtre national lors de la clôture de cette semaine.

C’est donc un atout dans la réalisation de la politique du chef de l’Etat en matière de création d’emplois.
Déjà, l’Agence a conçu un nouveau modèle de cases des tout-petits moins coûteuses et offrant plus d’espace pour les enfants. Les ambitions déroulées par madame le Premier ministre venue présider la cérémonie sont  grandes.

«Je sais aussi qu’ils sauront être à la hauteur des ambitions de la politique pour la petite enfance à l’horizon 2017, à savoir la construction et l’équipement de 1 000 cases des tout-petits (Ctp) au bénéfice de 60 000 jeunes enfants», a dit Aminata Touré en faisant un clin d’œil aux autorités locales.

Cela devrait permettre la création de 4 000 nouveaux emplois et la formation de 375 conseillères familiales. Entre 2012 et 2013, le nombre de structures gérées par l’Agence de la petite enfance et de la case des tout-petits est passé de 1 397 à 1 555. «Le nombre d’enfants inscrits dans le préscolaire est passé de 174 855 en 2012 à 191 115 en 2013», s’est félicitée Mme Touré. Cette avancée n’en cache pas moins des difficultés rencontrées par Marie Thérèse Faye Diouf. La directrice générale de l’Anctp a regretté les faibles moyens consacrés au secteur.

«Le budget consacré au sous-secteur de l’éducation préscolaire représente moins d’un pour cent du secteur», s’est-elle plainte. Cela freine les initiatives telles que l’extension des programmes de micro jardin et de l’informatique dans les régions du pays. De même, de nombreux abris provisoires sont recensés à travers le pays, ce qui limite l’amélioration de l’accès et du taux de préscolarisation à 11,8%.

  • Écrit par  Awa GUEYE

agueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*